Western Digital met 4,3 Mrds$ sur l’activité ‘disques’ de Hitachi

Réseaux

L’univers des disques durs informatiques continue de se concentrer. Un géant japonais cède encore du terrain. Grâce à Hitachi, Western Digital dépasse Seagate

Sortie de crise oblige, on assiste à une nouvelle vague de rachats à coups de milliards. L’activité des disques durs informatiques est une cible de choix. Cette industrie, depuis des décennies, n’a cessé d’être sous pression, avec une inflation de la capacité, pour des prix toujours tirés vers le bas (cf. article: ‘Western Digital propose le 1er disque 3 tera‘) – la fabrication étant désormais concentrée en Chine et en Corée au détriment du Japon, grand perdant.

Ce n’est pas tout à fait une surprise: le géant du disque dur Western Digital a réussi à convaincre les actionnaires du géant japonais Hitachi, ou plus précisément sa filiale HGST (Hitachi Global Storage Technologies), qu’il était temps de vendre. Le montant proposé s’élève à 4,3 milliards de dollars avec une grande partie en ‘cash’ et l’autre en actions.

Hitachi perdait régulièrement de l’argent dans cette activité, issue en partie d’un rachat de l’activité ‘disques’ d’IBM en 2003 – une acquisition qui avait coûté 2 milliards. Le géant japonais ne conserverait donc que l’activité SSD (solid state disk, ou mémoire ‘flash’), secteur où il a beaucoup investi.

Selon les premières estimations, la consolidation des productions de HGST et de WD placerait WD en tête, de loin, avec 50% de part de marché devant Seagate. Derrière on trouve, entre autres, le Samsung.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur