Cisco se renforce dans le collaboratif avec Assemblage

CloudCollaborationDSIPoste de travail

Cisco s’est offert Assemblage, une start-up qui propose une plateforme de collaboration en mode cloud sans avoir besoin d’installer un client.

Le mode collaboratif est une stratégie importante chez Cisco à travers plusieurs solutions allant de la téléprésence aux sessions de webconférence à travers WebEx. Aujourd’hui, l’équipementier américain renforce sa présence sur le web en annonçant l’acquisition d’Assemblage. Les termes financiers de l’accord n’ont pas été divulgués.

Assemblage est une start-up d’origine danoise qui a déménagé en 2013 à San Francisco. Elle n’est pas complètement de inconnue de Cisco, car la firme américaine a participé à son financement via la structure Alchemist Accelerator. Assemblage fournit une plateforme de collaboration en mode cloud accessible depuis un navigateur web sans avoir besoin de télécharger et d’installer un client particulier. L’offre Kollaborate.io initialement lancée a été enrichie par d’autres solutions comme du partage d’écran, same.io, mais aussi un outil de présentation. Assemblage annonce la prise en charge de 40 formats de fichiers différents. Dans un entretien à nos confrères de Articstartup fin 2013, Cathrine Andresen, CEO de la jeune pousse indiquait que « 80% des clients proviennent de migration de solutions comme WebEx, GoToMeeting ».

Intégration des équipes et développement d’autres produits

Une concurrence qui vient de prendre un autre tournant avec le rapprochement de Cisco. Dans un blog, le constructeur indique que les équipes d’Assemblage vont rejoindre l’activité Collaboration Technology Group. Par ailleurs, Cisco espère que ces nouvelles recrues continueront à développer des produits de collaborations à destination d’applications cloud tierces comme Box et Google. Hilton Romanski, vice-président senior en charge du développement chez Cisco, souligne que « Assemblage va nous aider à assurer les évolutions du marché vers la mobilité, le cloud et l’Internet des objets ».

Pour Cisco, il s’agit de la deuxième acquisition en quelques jours. L’équipementier avait annoncé le rachat de Tail-f, un fournisseur suédois de solutions d’orchestration réseau traditionnel ou virtualisé multi-plateformes. Le montant de la transaction s’élèvait à 175 millions de dollars en cash.

A lire aussi :

Adieu PC et téléphone, Cisco mise sur la visioconférence sous Android

Cisco ne veut pas entendre parler de neutralité du Net

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur