Commission européenne : Günther Oettinger hérite de l’économie numérique (MAJ)

Régulations

Jean-Claude Juncker a livré la composition de la prochaine Commission européenne. Pour l’Economie numérique, c’est l’allemand Günther Oettinger qui succède à Neelie Kroes.

Savant dosage de diplomatie et de compromis, la composition de la Commission européenne est un exercice difficile. Jean-Claude Juncker, le président élu, a rendu sa copie et présenté sa proposition de composition.

Pour ce qui concerne l’Economie numérique, c’est l’allemand Günther Oettinger qui a été choisi en remplacement de Neelie Kroes. Ce nom n’est pas inconnu au sein de l’exécutif bruxellois, car dans la Commission précédente il occupait le poste de Commissaire en charge de l’énergie. Il avait été choisi en 2009 par la chancelière Angela Merkel après la défection de deux autres personnalités pour rejoindre Bruxelles. Né le 15 octobre 1953, il est juriste et économiste de formation et a été élu comme chef du land de Bade-Wurtenberg, rappelle l’AFP. Réputé pour bien connaître ses dossiers, son premier poste à Bruxelles lui a permis de construire son costume européen et d’améliorer son anglais. Dernièrement, il a été en première ligne pour opérer une médiation entre l’Ukraine et la Russie pour la livraison de gaz.

Un vice-président en charge du marché unique numérique

En héritant du secteur de l’économie numérique, il va être en charge de plusieurs grandes réformes comme la mise à jour du paquet telecoms et ses dérivés comme le règlement sur la protection des données, des discussions sur la neutralité du Net ou sur la position européenne face aux exigences américaines en matière d’échange de données. Il aura aussi des questions plus techniques sur l’harmonisation de la gestion des fréquences (notamment la bande des 700 MHz), du développement de l’Internet des objets et les investissements dans les différents programmes de recherches.

(MAJ) Günther Oettinger devra composer avec une autre personnalité nommée par Jean Claude Juncker, Andrus Ansip, comme vice-président en charge du marché unique numérique. L’ancien premier ministre d’Estonie a reçu son ordre de mission et aura en charge de  » faire de l’Europe un leader mondial des technologies de l’information et de la communication ». Le Président de la Commission a même l’ambition de générer 250 milliards d’euros de croissance en créant le marché unique numérique d’ici à la fin de son mandat. Le Commissaire devra rapidement (dans les 6 premiers mois) coordonner les différentes réformes citées précédemment (télécoms, droit de propriétés intellectuelles et relation US et Europe).

A noter également, la nomination de la danoise Margrethe Vestager au très sensible poste de Commissaire en charge de la Concurrence. Plusieurs dossiers touchent le secteur des nouvelles technologies. Très récemment, les services de la Commission ont émis un avis négatif sur les propositions de Google dans une enquête antitrust. Qualcomm est aussi sous la menace d’une enquête pour abus de position dominante.

A lire aussi :

Peu de services Cloud conformes au futur droit européen sur les données

Le marché européen des télécoms reste très fragmenté


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur