Cybersécurité : six pépites Made in France

stratégie nationale cybersécurité

EDR, gestion des identités, authentification multi-facteurs…Le terreau des startups françaises est fertile dans le secteur de la cybersécurité. Dans un contexte où la souveraineté technologique revient au centre du débat public, gros plan sur six pépites françaises.

Son boss  : Grégoire Germain – CEO & Fondateur

Son offre
:  Harfanglab propose  le premier EDR – Endpoint Detection & Response – certifié par l’ANSSI. Créé en 2018 par Grégoire Germain, officier de la Marine pendant 22 ans avant de travailler pour Thalès Cybersecurity, la start-up propose une solution conçue autour d’une API ouverte développée en langage Rust. Son offre a déjà séduit le Ministère des Armées, Thales et Sanofi. Elle est aussi déployée sur 100 000 terminaux du groupe Safran. Une récente levée de fonds de 5 millions € va lui permettre d’accélérer son développement.


Sa boss  Elena Poincet – CEO et co-fondatrice 

Son offre :  Tehtris propose une plateforme xDR (extended detection and response) qui regroupe plusieurs solutions de cybersécurité (EDR, MTD,SIEM…) au sein d’un socle unique. Crée en 2010 par  Elena Poincet et Laurent Oudot, anciens du service action de la DGSE, l’entreprise basée à Pessac a réalisé une levée de fonds de 20 millions € l’an dernier avec l’ambition de s’étendre à l’international. Une partie de ses effectifs rejoindra le Campus Cyber qui va s’installer à La Défense.

Son boss : Fred Raynal – Président et fondateur 

Son offre :  Composée de logiciels de protection des applications mais aussi d’activités de R&D, de conseil et de formation, cette proposition hybride fait de Quarsklab un cas à part dans le paysage de la cybersécurité française. Son Centre d’Évaluation de la Sécurité des Technologies de l’Information (CESTI) est accrédité par l’ANSSI. Sa première levée de fonds de 5 millions €, depuis sa création en 2011, auprès de Ace management et de son fonds, Brienne III doit lui permettre d’adresser de nouveaux marchés comme l’IoT et la numérisation de l’industrie.

 


Son boss : Régis Lhoste- Président 

Son offre : Cyber-Detect propose une technologie d’analyse morphologique proposée sous le nom de GORILLE (On premise et Cloud) pour détecter les attaques les plus sophistiquée de malwares non répertoriés. Combinant l’intelligence artificielle et des techniques de reverse-engineering, la technologie mise au point au sein du Laboratoire de Haute Sécurité du LORIA (Université de Lorraine) a convaincu la direction générale de l’armement (DGA) et quelques grandes entreprises françaises.

 

 

Son boss  : Olivier Perroquin – Président

Son offre :   Inwebo propose une solution SaaS d’authentification multi-facteurs (2FA/MFA) reposant sur une technologie de clés dynamiques aléatoires.
Créé en 2008, elle revendique plus de 300 clients – 5 millions d’utilisateurs dans le monde- issus de tous les secteurs d’activité dont 50% font partie du CAC40. Résultat : 5 millions d’euros de revenu annuel récurrent en 2020, en hausse de 45%. Un programme Partenaires, récemment lancé, doit lui permettre de profiter de la croissance du marché du MFA, boosté par le développement du télétravail.

 

Son boss : Laurent Gautier- Président et co-fondateur 

Son offre :   Ilex International propose une plateforme globale pour la gestion des identités et des accès. Crée en 1989, la société est toujours détenue par ses fondateurs. Une antériorité qui lui permet d’afficher des références comme Crédit Agricole, Canal Plus, Generalli, Société Générale ou le Groupe La Poste. Elle a renouvelé récemment un accord de collaboration, initié en 2011, avec Airbus Cybersecurity pour fournir une une solution pré-packagée d’IAM

 

Lire notre enquête :  Cybersécurité : une offre souveraine est-elle (vraiment) possible ?