Difficile fin d’année pour RIM/Blackberry

LogicielsMobilitéOS mobiles

Malgré un chiffre d’affaires en hausse d’un trimestre à l’autre, RIM perd du terrain sur le secteur des terminaux mobiles. Et le retard de BlackBerry 10 pèse sur les futurs résultats.

Les difficultés que traverse RIM (Research in Motion) ces derniers mois peinent à s’estomper. Et les récents résultats du troisième trimestre fiscal 2012 du fabricant des BlackBerry n’arrangent en rien la situation. La semaine dernière, avec un chiffre d’affaires trimestriel de 5,2 milliards de dollars, RIM s’est félicité d’augmenter ses résultats de 24  % par rapport au précédent trimestre… tout en reconnaissant une baisse annuelle de 6  %.

Baisse quelque peu inquiétante sur un marché des terminaux en croissance globale. Car RIM tire 79  % de ses revenus des ventes de BlackBerry et PlayBook (le reste étant partagé entre les services pour 20  % et les applications pour 2  %). Sur le trimestre le constructeur a vendu 14,1 millions de Torch, Curve, Bold et autres Pearl pour 150 000 tablettes PlayBook. Conscient de la concurrence acharné que lui livrent l’iPhone et les terminaux Android, RIM a concentré ses efforts sur le développement de solutions de gestion d’entreprise comme BlackBerry Mobile Fusion qui permettra de gérer un parc hétérogène de terminaux.

BlackBerry 10 fin 2012 ?

Une situation qui pourrait s’assombrir plus encore avec le retard pris sur la nouvelle génération de son OS, BlackBerry 10 (anciennement BBX) qui unifiera les environnements des smartphones et de sa tablette (dont une PlayBook 2 est également annoncée pour 2012) et apporte nombre d’amélioration telles qu’un vrai multitâche, le support du HTML5 ou encore les technologies Adobe AIR qui permettront de porter rapidement des applications locales de l’entreprise. La prise en charge des applications Android est également attendue.

Mais BlackBerry 10 (BB10) pourrait n’arriver qu’en toute fin d’année 2012. « Il semble peu probable que RIM mettra en vente de grands volumes de ses appareils BB10 en vente avant 15 mois », a déclaré Stuart Jeffrey, analyste chez Nomura, à nos confrères de TechWeekEurope. Toujours selon cette source, les analystes de courtage de la Banque Nationale Financière canadienne ont écrit à leurs clients pour les alerter des retards de sortie des offres mobiles sous BB10. Ce qui n’a pas manquer de peser sur la valeur du titre qui a perdu 12  % d’autant que les concurrents risquent de profiter de l’attente pour accroître leur part de marché au détriment de celle du Canadien.

75 millions d’utilisateurs

Malgré la tendance concurrentielle du marché (renforcée par l’arrivée de Nokia sous Windows Phone), RIM maintient le cap. Le constructeur présente de nouveaux modèles de BlackBerry Curve sous BlackBerry 7 (le 9390 orienté réseaux sociaux et le 9380 qui se concentre sur les contenus multimédia) et continue sa conquête du marché en visant plutôt les jeunes utilisateurs. A noter que ces terminaux, comme ses futurs successeurs, intègre la technologie NFC (Near Field Communication) qui met en oeuvre les échanges à courte portée et s’inscrit désormais comme un standard dans les smartphones de RIM.

Il n’en reste pas moins que RIM compte quelques 75 millions d’utilisateurs dans le monde et possède une trésorerie de 1,5 milliard de dollars qui lui permettent de « tenir » le temps de mettre en place la nouvelle stratégie. « RIM continue à disposer d’une technologie forte, des capacités de service unique et une grande base installée de clients, et nous sommes plus que jamais déterminés à capitaliser sur nos forces pour surmonter les défis , soulignent de concert Jim Balsillie et Mike Lazaridis, les deux fondateurs de RIM. Dans le cadre de notre engagement à améliorer notre rendement afin de mieux répondre aux attentes des actionnaires et des clients, nous continuons à évaluer les moyens d’améliorer plusieurs domaines d’activités de la société. Le bénéfice de ces efforts et la transition de plateforme que nous entreprenons peut prendre un certain temps, mais nous continuons de croire que RIM dispose des forces et des capacités à maintenir son rôle de leader dans l’industrie des communications mobiles. »

Il va donc falloir faire preuve d’une certaine patience avant de vérifier la pertinence des choix stratégiques et espérer revoir RIM et ses BlackBerry repartir sur une pente ascendante…

Crédit photo © olly – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur