I-O Data : les SSD s’affinent comme les ordinateurs portables

ComposantsStockage
i-o-data-ssd-ordinateurs-portables

L’offre de disques flash 2,5 pouces destinés aux ordinateurs portables ultra-fins s’étoffe sous l’impulsion du Japonais I-O Data, qui affine à 7 mm tous les modèles de sa série SSDN-3V.

Le Japonais IO-Data accompagne la montée en puissance des disques flash (Solid-state drive) et cible les ordinateurs portables ultra-fins en affinant à 7 mm d’épaisseur les trois modèles de 60, 120 et 240 Go qui composent la nouvelle série SSDN-3V.

A la baguette, un contrôleur SandForce SF-2281, que l’on retrouve dans de nombreux produits concurrents, comme l’HyperX de Kingston, le Force 3 de Corsair, l’Intel 520 Series, l’OCZ Octane, le SX1000L d’ADATA ou encore le S70 de Silicon Power. Son moteur de chiffrement matériel en AES-256 s’adjoint à la prise en charge des commandes TRIM et NCQ, mais les débits de la NAND MLC, sur l’interface SATA 3 à 6 Gbit/s, dépassent tout juste les 300 Mo/s en lecture séquentielle.

Du disque dur au SSD

Les performances sont du même acabit en écriture : le modèle le plus véloce – 240 Go, en l’occurrence – plafonne à 186 Mo/s. IO-Data ne mentionne pas de données en accès aléatoire. Mais la spécificité des SSDN-3V réside plutôt en l’offre périphérique avec, outre une monture 9,5 mm, un adaptateur USB pour reconvertir, à la volée, un SSD en dispositif de stockage externe.

Dans ce même esprit, la solution de clonage Acronis True Image 2013 est fournie en standard, pour faciliter non seulement la sauvegarde, mais aussi la migration depuis une configuration en disque dur, sous environnement Windows 32 ou 64 bits. Reflet d’une stratégie axée sur les ultrabooks et les ultrathins (PC portables sous architecture AMD), l’accent est mis sur l’empreinte réduite de ces SSD qui, malgré leur gabarit contenu, s’affichent tout de même à 70 g sur la balance.

C’est, en revanche, l’inconnue concernant les tarifs. Crucial a récemment placé haut la barre en annonçant sa série M500, dont le modèle 960 Go s’affiche à 562,90 euros TTC, soit 59 centimes du Go. Un levier de croissance pour les marché des disques flash, qui a connu, en 2012, une progression à trois chiffres (+129%) en volume, à 39 millions d’unités écoulées au baromètre d’IHS iSuppli.

Crédit photo : I-O Data

—— A voir aussi ——
Quiz Silicon.fr : incollable sur les grands noms du monde IT ?

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur