IBM et Fujifilm densifient aussi le stockage sur bande

CloudStockage

Après Sony, c’est au tour d’IBM associé à Fujifilm de présenter une évolution du stockage sur bande. Les deux partenaires sont arrivés à sauvegarder 154 To de données.

A l’occasion de sa conférence EDGE qui se déroule en ce moment à Las Vegas, IBM a présenté une évolution de la densité du stockage sur bande. En coopération avec Fujifilm, les équipes des laboratoires de Big Blue à Zurich ont réussi à placer 85,9 milliards de bits de données par pouce carré sur une bande magnétique. Au total, une bande professionnelle de sauvegarde (LTO) proposée par Fujifilm devrait pouvoir atteindre les 154 To de données non compressées. IBM dans son communiqué précise que cette densité représente l’équivalent de 154 millions de livres. On reste encore un peu en deçà du record établi par Sony qui a annoncé début mai, une capacité de 185 To sur bande. Pour comparaison également, une bande LTO 6 aujourd’hui peut contenir jusqu’à 2,5 To de données non compressées.

Innovations multiples

Sur le plan technologique, IBM a travaillé sur plusieurs innovations pour atteindre cette capacité. La firme a par exemple réduit les particules de ferrite de Baryum utilisées pour la fabrication des bandes. Par ailleurs, le contrôle de l’asservissement de la tête de lecture a été amélioré pour une précision de l’ordre nanométrique. C’est cette exactitude qui a permis notamment de multiplier fortement la densité de la bande. Enfin, cette tête bénéficie aussi d’une révision en mesurant 90 nanomètres avec une magnétorésistance géante (GMR).

IBM tape tete
IBM et Fujifilm ont élaboré une tête de 90 nm

« Le stockage froid » en ligne de mire

IBM dédie cette avancée technologique au Big Data, mais plus spécifiquement à ce que l’on appelle « le stockage froid », c’est-à-dire l’archivage des données les moins sollicitées (photos, messages, vidéos, documents). Les acteurs de l’IT et du web réfléchissent donc pour trouver quel support serait le plus adapté et le moins coûteux. Facebook  a par exemple utilisé des Blu-Ray pour alléger sa facture d’archivage. Son système lui permet de sauvegarder 1 Po de données. Le réseau social avait même évoqué un moment la possibilité de « congeler » les données pour diminuer l’activité de la baie et donc de réduire les coûts. Les avancées de Sony et d’IBM-Fujitsu sur la densité des bandes magnétiques montrent que ce support n’est pas mort comme certains l’avaient annoncé. Il reste encore à attendre la commercialisation de ces supers cartouches.

A lire aussi :

Bande magnétique : 1,5 To sur une cartouche


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur