Performances bridées iPhone : Apple accorde plus de souplesse à ses clients

AppsLegislationMobilitéOS mobilesRégulationsSmartphones
tim-cook-obsolescence-programmee

Les clients iPhone pourront bientôt désactiver la limitation des performances du CPU imposée en raison des batteries vieillissantes embarquées. De quoi apaiser la polémique ?

Apple a déjà indiqué qu’une future mise à jour d’iOS permettrait aux possesseurs d’iPhone d’avoir une meilleure idée de l’état de leur batterie. Un souci devenu majeur à régler au regard de la polémique qui a enflé à propos de la dégradation des performances de la gamme de smartphones disposant de batteries vieillissantes. 

Au cours d’une récente interview vidéo accordée à ABC News, Tim Cook, CEO d’Apple,  a abordé ce sujet : la prochaine version bêta pour les développeurs d’iOS (probablement iOS 11.3) incluant la possibilité de désactiver la limitation des performances du CPU serait diffusée le mois prochain (février). La version publique surviendrait probablement dans la foulée en mars.

En désactivant de manière volontaire la limitation des performances du CPU (car actuellement la fonction est activée par défaut), le détenteur de l’iPhone pourra bénéficier des performances normales du processeur.

Mais, Tim Cook prévient : cette manoeuvre risque d’entraîner des perturbations d’usage en raison des batteries âgées comme des redémarrages intempestifs. En conséquence, Apple ne recommandera pas aux utilisateurs de désactiver la limitation car le terminal pourrait faire l’objet de défaillances dans des situations d’urgence.

La polémique perdure sur fond de procédures enclenchées par des consommateurs irrités par ce qui est considéré comme de l’obsolescence programmée.

Les limitations sur les performances du processeur ont été activées que si le système détermine que la batterie est dégradée sur les modèles iPhone suivant : générations 6, 7 et iPhone SE à partir de la version iOS 11.2.  Elles peuvent réduire les performances jusqu’à 50 % selon des tests techniques.

Apple face à la grogne

Apple assure que c’est sur l’autel du vieillissement des batteries Li-Ion des terminaux que ces choix purement techniques de limitation ont été faits. La firme préfère parler d’un maintien d’une expérience utilisateur optimum.

Face à la grogne montante, Apple a présenté ses excuses pour son manque de transparence.

Le mea culpa est également passé par une lettre publiée fin décembre sur le site Internet d’Apple expliquant les motivations du groupe à propos de l’enclenchement automatique du bridage des performances.

« Il y a environ un an dans iOS 10.2.1, nous fournissions une mise à jour logicielle qui améliore la gestion de l’alimentation pendant les périodes de pointe afin d’éviter les arrêts inattendus sur iPhone (…). Avec la mise à jour, iOS gère dynamiquement les performances maximales de certains composants du système lorsque cela est nécessaire pour empêcher un arrêt”.

Tout en poursuivant : “Bien que ces changements puissent passer inaperçus, dans certains cas, les utilisateurs peuvent connaître des délais de lancement plus longs pour les applications et d’autres réductions de performances.”

La firme de Cupertino a également concédé une réduction du prix des batteries officielles, qui passent de 89 euros à 29 euros (a priori, le tarif repassera à 89 euros en 2019).

Mais certains détenteurs d’iPhone  soupçonnent Apple d’avoir des arrière-pensées d’obsolescence programmée visant à accélérer le renouvellement d’achats d’iPhone nouvelle génération.

Un dossier qui prend une tournure judiciaire dans plusieurs pays. A commencer par les Etats-Unis : une série d’actions collectives a été intentée contre la firme de Cupertino.

En France, une association d’utilisateurs a également décidé de porter l’affaire en justice. Une procédure similaire a été enclenchée en Russie.

 

(Crédit photo : @CBS)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur