Le Japonais Softbank rachète l’Américain Sprint

OperateursRéseaux
Softbank Sprint

En rachetant Sprint, Softbank apporte une bouffée d’air frais à l’opérateur américain qui va développer son réseau 4G LTE.

Bouleversement en vue dans le secteur des télécoms américains. L’opérateur japonais Softbank vient d’acquérir 70 % de son homologue américain Sprint Nextel (Sprint). La transaction dépasse les 20 milliards de dollars : 12,1 milliards de dollars en cash aux actionnaires de Sprint et 8 milliards sous forme d’actions à 5,25 dollars la part. L’opération doit être finalisée pour la mi-2013.

Cette acquisition pourrait bouleverser le paysage local des télécoms. Elle devrait essentiellement permettre à Sprint de renforcer sa position sur le marché des communications mobiles face au duopole AT&T/Verizon et les déstabiliser. En 2011, Sprint était le troisième opérateur mobile américain avec plus de 15 % du marché derrière Verizon Wireless (29,9 %) et AT&T/Cingular Wireless (28,6 %) selon les chiffres d’IHS iSuppli.

Un élément perturbateur

« En proposant des services de données LTE à bas coût, Sprint pourrait devenir un élément perturbateur dans le secteur du sans fil américain, estime Dexter Thillien, analyste pour le cabinet IHS iSuppli. AT&T et Verizon ont privilégié une stratégie tarifaire haut de gamme pour leurs forfaits data, en s’appuyant sur leurs réseaux de qualité supérieure. Cependant, une résurgence de Sprint avec un réseau solide et une stratégie d’offres de data illimitée à faible coût pourrait mettre la pression sur les marges d’AT&T et Verizon. »

Sprint a notamment l’intention d’investir 8 milliards de dollars pour accélérer le déploiement de son infrastructure 4G LTE afin de couvrir 37 marchés américains à terme contre 15 aujourd’hui. « L’injection d’argent supplémentaire permettra à l’opérateur de développer son nouveau réseau LTE plus rapidement, ce qui permet Sprint de mieux concurrencer AT&T et Verizon », poursuit l’analyste.

Clearwire en soutien

Dans ce cadre, Sprint pourrait bénéficier de l’expérience de Softbank dans les technologies TD-LTE sur la bande des 2,5 GHz et 2,6 GHz. Une bande que l’opérateur Clearwire compte exploiter sur son futur réseau TD-LTE. Or, Sprint détient 48 % de Clearwire. Sprint pourrait donc s’appuyer sur Clearwire pour compléter son offre 4G sur le pays.

De plus, Sprint devrait également profiter de l’expérience de Softbank pour lancer des offres de service en direction des entreprises. Notamment sur le marché du machine-to-machine (M2M) appelé à un fort développement dans les années à venir à travers les objets connectés.

Économies d’échelle

Enfin, l’association des deux entreprises permettra de réaliser des économies d’échelle à travers les volumes d’achats d’équipements réseau et des terminaux mobiles. Autant de réductions qui viendraient renforcer la compétitivité des offres aux clients finaux. Sprint et Softbank comptent à eux deux quelque 96 millions d’abonnés et génèrent 32 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel.

Néanmoins, l’opération n’est pas sans risque. D’abord parce que le nouvel ensemble est endetté à hauteur de 25 milliards de dollars (dont 21 pour Sprint). Ensuite, Softbank n’a pas vraiment d’expérience à l’international. Les équipes actuelles de Sprint resteront d’ailleurs en place et l’opérateur américain pourrait ainsi servir de passerelle pour de futures acquisitions.

Enfin, la conjoncture économique pourrait mettre à mal les plans de développement du marché. Mais, dans ce cas, tous les opérateurs seront peu ou prou logés à la même enseigne.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Incollable sur les grands noms du monde IT ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur