Microsoft arme Azure pour mieux concurrencer Amazon et Google

Cloud

Microsoft passe à la vitesse supérieure dans le Cloud avec plusieurs annonces : une appliance, une méga instance, l’intégration de Cloudera, une market place, etc. La société relance sa bataille contre Amazon et Google.

Microsoft avait annoncé que le 20 octobre serait synonyme de grandes annonces sur le Cloud Azure. La firme de Redmond n’a pas failli avec un enrichissement de son portefeuille de produits et de service. L’objectif est de monter en gamme dans la bataille contre Amazon et Google. Le premier domine toujours le marché du Cloud public, mais sa domination commence à s’émousser. De plus, ces annonces s’inscrivent dans la stratégie du CEO Satya Nadella , « Mobile first et Cloud First ». Tour d’horizon des différentes annonces.

Une appliance Azure en approche

Il s’agit d’une vieille ambition pour Microsoft qui trouve enfin sa concrétisation avec “Cloud Plateform System“. Connu sous le nom de code San Diego, cette appliance Azure se présente sous la forme d’un serveur fourni par Dell avec Windows Server 2012 R2 et System Center 2012 R2, pour la partie OS et administration. En complément, ce pack fournit des technologies Cloud comme le portail en libre-service pour gérer les services, le provisionnement des machines virtuelles, un service Bus, l’hébergement web évolutif, etc. Scott Guthrie, président exécutif de l’activité Cloud et Entreprise de Microsoft a indiqué que l’appliance serait disponible le mois prochain. Rien n’a été dit par contre sur d’éventuels autres partenariats. Ces « Cloud in a box » sont une tendance de cette fin d’année. A la fin août, VMware avait dévoilé son offre Evo : Rail, des systèmes mêlant logiciel et hardware pour développer le Software Defined DataCenter et être prêt pour le Cloud Hybride.

L’instance G pour workload intense et stockage premium

Dans Azure, Microsoft vient de rajouter une autre famille d’instances baptisée G. Ces dernières reposeront sur la dernière génération (Haswell) des processeurs Xeon d’Intel et pourront supporter jusqu’à 32 cœurs CPU, 450 Go de RAM et une capacité de stockage pouvant aller jusqu’à 6,5 To en flash. Ces machines virtuelles sont clairement orientées vers des applications très gourmandes en matière de traitement des données. Scott Guthrie a souligné lors de la conférence de presse que les instances G comprenaient, « plus du double de mémoire que les plus grandes instances d’AWS » et d’ajouter qu’il y a « 4 fois de plus de mémoire que dans les instances Google Compute Engine ».

En complément de ces instances survitaminées, l’éditeur propose une offre de stockage premium. Elle se compose de 32 To de stockage par VM avec une capacité de gestion de 50 000 IOPS (opérations d’entrée-sortie par seconde). Avec cette offre, Microsoft vise les applications Big Data.G family Microsoft

Cloudera, Core OS et Marketplace

Toujours sur le Big Data, Azure va prochainement intégrer la distribution Hadoop de Cloudera. Satya Nadella a promis une certification pour la fin de l’année 2014. L’idée est de proposer une solution Hadoop as a Service reposant sur la version 5.3 de Cloudera. La distribution pourra ainsi être déployée directement depuis l’Azure Marketplace.

Cette place de marché est aussi une nouveauté dans le Cloud de Microsoft. Les utilisateurs pourront y trouver des applications, des instances et des services. La firme américaine ouvre bien évidemment ce marketplace aux fournisseurs de service, éditeurs, partenaires pour l’enrichir.

Cette ouverture se retrouve dans l’annonce de la prise en charge de CoreOS dans Azure. Ce système d’exploitation Open Source pour les datacenters, qui embarque notamment les containers de Docker, va donc se trouver une place aux côtés d’autres distributions Linux (Ubuntu, CentOS, Oracle Linux and SUSE) dans le Cloud public de l’éditeur. Cette intégration vient en complément de la récente annonce de Microsoft d’embarquer la technologie de conteneurisation Docker dans la prochaine version de Windows Server. Satya Nadella a rappelé son engagement auprès de l’Open Source en déclarant qu’« environ 20 % des workload fonctionnant sur Azure proviennent de Linux ».

A lire aussi :
Microsoft booste la puissance des machines virtuelles d’Azure
Cloud : indexation de contenus, streaming, WordPress débarquent sur Azure


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur