Microsoft place ses pions sur l’échiquier de l’Internet des objets

Big DataCloudM2M

L’Internet des Objets, Microsoft s’y prépare. Avec une offre cloud de traitement des données, en phase de test sur Azure, mais aussi avec un OS dédié.

Satya Nadella, le nouveau patron de Microsoft, vient d’officialiser le lancement de SQL Server 2014 (voir à ce propos notre article « Microsoft SQL Server 2014 : plus de In-Memory, plus de Cloud »). L’occasion aussi pour la firme de dévoiler d’autres offres, dont une dédiée spécifiquement au monde de l’Internet des Objets.

Microsoft livre ainsi une version de test d’Azure Intelligent Systems Service. « Ce nouveau service Azure aide nos clients à aborder l’Internet des objets, en se connectant en toute sécurité et en gérant les données générées par les capteurs et terminaux, indépendamment du système d’exploitation », explique la firme dans son communiqué. C’est donc ici à la dernière couche de l’Internet des objets que s’attaque Microsoft.

Des objets à Internet

Rappelons ce qu’est l’Internet des objets : des terminaux et capteurs connectés, qui font remonter une foule d’informations sur le Net. Plus précisément, ces capteurs et terminaux sont reliés entre eux, afin de faire circuler les informations vers une passerelle qui servira de pont entre le réseau créé par ces machines (l’Internet des objets proprement dit) et l’Internet classique. Par extension, certains terminaux mobiles, comme les smartphones, sont également considérés comme étant de la mouvance de l’Internet des objets, même s’ils s’appuient ici sur des réseaux plus classiques.

La masse des données générées se veut colossale. Un flux de type Big Data, qu’il convient d’exploiter afin de proposer des services pertinents aux utilisateurs. C’est à ce niveau que se situe l’offre Azure Intelligent Systems Service. Elle se charge de traiter – en mode Cloud – les flux de type Big Data issus de l’Internet des objets afin de proposer des données structurées exploitables par de futurs services (probablement web).

Un OS pour l’Internet des objets

Mais ce n’est pas tout. C’est encore à travers une autre actualité, liée à Windows Phone cette fois-ci, que nous en avons appris un peu plus sur la stratégie Internet des objets de Microsoft.

Dans un article récent (« Build 2014 : menu Démarrer dans Windows 8.1 et gratuité de Windows Phone 8.1 »), nous vous expliquions en effet que Windows serait gratuit lorsqu’il serait utilisé au sein de smartphones et tablettes d’entrée de gamme, tout comme une future mouture du système dédiée à l’Internet des objets.

Nous n’en savons pas plus pour le moment sur ce futur système d’exploitation. Il est peu probable que la firme le destine aux capteurs et microcontrôleurs les moins puissants, mais plutôt à des offres de haut de gamme. Par exemple celles qui s’appuieront sur des SoC Quark d’Intel, comme l’Edison (voir « CES 2014 : Intel réduit un ordinateur à la taille d’une carte SD »).

Une manière pour la firme de contrer la montée de Linux, qui se veut déjà l’OS star de l’Internet des objets, mais aussi – avec .Net – les ambitions de Java, qu’Oracle veut pousser sur toute la chaîne : du datacenter aux capteurs, en passant par les passerelles, comme la box de Freescale.

Crédit photo : © Alexei Tacu – Shutterstock


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – L’Internet des objets en questions


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur