Recul du marché des infrastructures mobiles au premier trimestre 2013

4GRéseaux
Marché courbes en baisse et hausse

Si le LTE est un moteur de croissance du marché des infrastructures mobiles, sa progression au premier trimestre ne suffit pas à compenser les reculs de la 2G et 3G.

La montée en flèche de l’adoption de la norme LTE n’a pas suffi à compenser, en début d’année, le recul des investissements dans les réseaux des générations précédentes 2G, 3G dans le monde.

Au premier trimestre, les dépenses d’investissements dans les infrastructures de réseaux mobiles 2G, 3G et 4G (LTE et Wimax) se sont élevées à 9,8 milliards de dollars au premier trimestre 2013, rapporte le cabinet d’analyse Infonetics Research. En recul annuel de 2% et de 9% trimestriellement.

Le LTE double sa croissance

Pour sa part, le LTE affiche une croissance de 108% par rapport à 2012 et de 21% d’un trimestre à l’autre. Les opérateurs ont consacré 2,7 milliards de dollars dans les équipements dédiés à la nouvelle génération de communications mobiles sur le trimestre. Un montant sous-évalué puisque Infonetics précise que « l’appréciation du dollar américain par rapport au yen japonais efface au moins 5% du chiffre d’affaires ».

« Nous voyons clairement l’effet du basculement au LTE sur les réseaux 2G, 3G et WiMAX [en baisse trimestrielle de 42%], commente Stéphane Téral, analyste principal infrastructure mobile et économie des opérateurs chez Infonetics. Habituellement forts, les marchés 2G et 3G ne sont pas venus à la rescousse cette fois-ci, particulièrement en Chine. En fait, la Chine et la Russie étaient occupées, au cours de ce premier trimestre, à sélectionner des fournisseurs LTE. »

Le BRIC moteur

L’adoption du LTE est restée forte en Amérique du Nord et en Europe tandis que la zone BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) s’annonce comme un moteur pour la 4G en 2013, estime l’analyste. « Le LTE figure comme le point culminant de nos prévisions d’infrastructure 2G/3G/4G à long terme, avec une croissance annuelle de 16% entre 2012 à 2017 », ajoute Richard Webb, également analyste d’Infonetics sur les marchés du sans fil.

Ericsson a conservé sa position de numéro 1 sur l’offre single RAN avec le double du chiffre d’affaires du numéro 2 Nokia Siemens Networks. En 2017, Infonetics estime que le marché sera animé par 7 milliards d’abonnés mobiles dont 8% en LTE. Seulement ?


Voir aussi

Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes

Silicon.fr fait peau neuve sur iOS


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur