Un ticket Satya Nadella – Bill Gates pour transformer Microsoft

Régulations
Satya Nadella (C) Microsoft

Steve Ballmer est remplacé à la tête de Microsoft par Satya Nadella, jusqu’alors à la tête du Cloud et de la division entreprise. Bill Gates reprend du service comme conseiller du Pdg sur la technologie et les produits.

Comme le voulait la rumeur, Satya Nadella, 46 ans, jusqu’alors patron de Windows Azure et de la division entreprise, prend la tête de Microsoft. La décision prend effet immédiatement. Avec la nomination du troisième Pdg de son histoire, le premier éditeur mondial privilégie, une fois de plus, la promotion interne : Nadella est entré chez Microsoft il y a 22 ans. Ce choix de celui qui apparaissait comme le grand favori ces dernières semaines se traduit par le départ de Steve Ballmer, qui avait annoncé en août dernier qu’il mettrait fin à ses fonctions opérationnelles dès que son successeur serait nommé. Steve Ballmer reste toutefois membre du conseil d’administration, que rejoint également Satya Nadella.

Choix par défaut ?

Après avoir cherché en externe un successeur possible à Steve Ballmer – Alan Mullaly de Ford, Steve Mollenkopf de Qualcomm ou Hans Vestberg d’Ericsson – et essuyé quelques refus, Microsoft privilégie donc la piste interne. Avec un des candidats les plus légitimes en interne. La division Server & Tools que dirigeait Nadella a connu lors de la dernière année fiscale de l’éditeur une croissance de 9 % de son chiffre d’affaires (à 20,3 Md$). Mieux que les divisions Windows et Business Division (Office et autres outils de productivité). Même si cette dernière reste l’activité la plus importante du groupe et la plus rentable (66 % de marge d’exploitation). Server & Tools affiche une marge d’exploitation de 40 %

Le nouveau Pdg sera chaperonné par Bill Gates en personne. Le mythique co-fondateur de la firme « consacrera davantage de temps au groupe » dans un rôle de conseiller de Nadella, explique Microsoft dans un communiqué. Tout en renonçant à son poste de président du conseil d’administration. Bill Gates reste toutefois membre de cet organe – avec un titre de conseiller technologique -, le conseil étant désormais dirigé par l’ex-Symantec John Thomson. A titre de symbole, Bill Gates est d’ailleurs le premier à s’exprimer dans le communiqué du groupe.

Le retour de Gates

C’est en fait à un retour aux manettes de Bill Gates auquel nous assistons. Car, lorsque ce dernier s’est retiré de toute fonction opérationnelle voici six ans, il était censé rester impliqué dans les décisions au quotidien de l’entreprise. De nombreux témoignages montrent qu’il n’en a rien été, même si Bill Gates pilotait le conseil d’administration. Selon l’e-mail que Satya Nadella a envoyé à tous les employés de l’entreprise, c’est lui qui aurait demandé à Bill Gates de consacrer plus de temps à l’entreprise, « en se concentrant sur la technologie et les produits ». Selon Bloomberg, Bill Gates, qui aurait poussé la candidature de Nadella, travaillerait au moins une journée par semaine chez Microsoft. Rappelons que le co-fondateur du groupe a manifesté sa volonté de continuer à s’occuper de sa fondation.

Si les qualités de Gates en matière de stratégie et de revue de produits sont bien connues, on peut légitimement s’interroger sur son aptitude à bien cerner un écosystème technologique qui est entré dans l’après PC. Précisément, le virage que ne doit pas manquer Satya Nadella, qui aura à gérer l’intégration de l’activité terminaux de Nokia, opération décidée par son prédécesseur.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur