Mobilité : Tizen, déjà enterré par ses partenaires ?

MobilitéPoste de travail

Les choses vont de plus en plus mal pour le système d’exploitation mobile Tizen. Abandonné par les opérateurs, il pourrait aussi passer au second plan chez Samsung.

Tout va mal pour le système d’exploitation mobile Tizen. Cette offre, qui devait constituer la réponse des opérateurs à l’hégémonie d’Android, a pourtant bien des atouts, le premier étant l’utilisation de technologies web comme fondations pour ses applications (à l’instar de Firefox OS et de webOS). Le soutien de Samsung à cet OS pourrait finalement se montrer moins important que prévu.

Tout d’abord, Tizen devait être la star du Mobile World Congress de Barcelone (voir « Samsung pourrait présenter le premier smartphone Tizen à Barcelone »). Occasion ratée pour ce nouvel arrivant, puisqu’il semblerait que le Galaxy S5 doive finalement lui voler la vedette (voir « Le Samsung Galaxy S5 sera présenté le 24 février »). Le clou de trop dans le cercueil de Tizen ?

La star, c’est Android

Autre élément problématique pour Tizen, Samsung vient récemment de prendre du grade dans le monde Android. Il s’est en effet rapproché de Google et pourra dorénavant influer plus directement sur le futur de l’OS (voir « Pour Google, Samsung va trop loin dans la personnalisation d’Android »). Bref, stratégiquement, l’aiguillon Tizen a désormais moins d’importance pour le groupe coréen.

Mais in fine, c’est bien le désistement des opérateurs qui pousse Samsung à délaisser cette offre. À quoi bon proposer un nouvel OS mobile si l’écosystème de partenaires gravitant autour hésite à l’adopter ? Après Orange en novembre 2013, c’est en effet NTT DoCoMo qui a décidé en janvier 2014 de reporter la commercialisation des terminaux Tizen (voir « Tizen perd l’un de ses plus fervents partisans »).


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les OS mobiles ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur