Smartphones : Huawei présente HarmonyOS, alternative à Android

MobilitéOS mobilesSmartphones

L’équipementier chinois Huawei a dévoilé HarmonyOS, son système d’exploitation pour smartphones et objets connectés, lors de sa conférence développeurs.

Huawei a dévoilé vendredi 9 août lors de sa Developer Conference son propre système d’exploitation : HarmonyOS (ou HongmengOS en Chine). Une plateforme pour smartphones, tablettes, écrans intelligents, enceintes et autres objets connectés (IoT).

Fruit de plusieurs années de développement, l’initiative pourrait permettre à Huawei de se défaire de la dépendance à l’égard de certaines technologies américaines, dont Android de Google. Et, par extension, d’affronter l’impact de sanctions commerciales prononcées par l’administration Trump à son encontre en mai 2019, avec un moratoire depuis.

« HarmonyOS est complètement différent d’Android et d’iOS », a déclaré Richard Yu, responsable de la division grand public de Huawei, à l’occasion de la conférence développeurs du groupe à Songshan Lake (Dongguan).

Le dirigeant a mis en exergue la capacité du système « à s’adapter à différents types d’appareils ». « Vous pouvez développer vos applications une fois, puis les déployer de manière flexible sur différents dispositifs ». De surcroît, l’OS open source pourra « être installé sur tous les smartphones [de la marque] si besoin », a prévenu le dirigeant.

Dans l’ombre d’Android… pour le moment

Pour le moment toutefois, Huawei veut encore utiliser Android pour ses smartphones. Mais la question de savoir s’il peut continuer à le faire n’est pas réglée, a rapporté CNBC.

Quant aux premiers appareils sous HarmonyOS, ils devraient être commercialisés fin 2019. Le marché chinois est le premier ciblé. L’initiative devrait ensuite être globalisée. Huawei ayant l’ambition de constituer un écosystème vaste autour de son OS.

Huawei, actuellement second fournisseur mondial de smartphones derrière Samsung, a indiqué qu’il lui serait difficile d’atteindre la première marche du podium sur l’année 2019.

Lire aussi :