HarmonyOS : Huawei attaque l’ère post Android

MobilitéOS mobilesSmartphones

Huawei présentera son système d’exploitation HarmonyOS le 2 juin. Privé d’Android par l’administration américaine, le constructeur chinois n’a cessé de perdre des parts de marché depuis 2020.

Aout 2019. A l’occasion de sa Developer Conference, Huawei lève le voile sur son projet de  système d’exploitation pour appareils mobiles : HarmonyOS (ou HongmengOS en Chine). 

Le constructeur chinois n’a pas vraiment le choix, acculé par les sanctions commerciales prononcées par l’administration Trump qui l’empêchent de poursuivre l’utilisation d’Android dans des conditions pérennes.

Depuis mai 2019, Google a  suspendu toutes ses activités avec Huawei, ce qui  signifie que le fabricant chinois, mais aussi sa filiale Honor, ne pouvaient plus utiliser Android sur ses nouveaux smartphones. Les appareils déjà sur le marché n’étaient pas concernés par cette mesure et pouvaient continuer à bénéficier des mises à jour du système d’exploitation et à Google Mobile Services.

HarmonyOS va remplacé Android

C’est donc le 2 juin que sera dévoilé HarmonyOS.  On saura à cette occasion si le lancement s’accompagnera de nouveaux smartphones.

 

Selon une note interne consultée par l’agence Reuters, le PDG de Huawei, Ren Zhengfei, a indiqué que l’entreprise devra adopter une approche de développement plus «open source».  Il y a quelques jours, une chaine Youtube a publié une vidéo montrant un Huawei Mate 30 Pro fonctionnant sous HarmonyOS. 

Pour Huawei, l’enjeu est de taille.  Les sanctions américaines ont totalement grippées ses performances commerciales. A partir de la mi-2020, il avait atteint les 20 % de parts de marché dans les statistiques d’IDC. Au 4e trimestre, il chutait au 5e rang mondial chez ce même IDC, comme chez Gartner. Avec des volumes de ventes en recul annuel de plus de 40 %… et moins de 10 % du marché à son crédit. Sur l’année, Apple avait récupéré la place de dauphin, derrière Samsung.

En avril dernier, les chiffres publiés par Strategy Analytics pour le 1er trimestre 2021 marquait sa disparition du Top 5.

 

 

 

 

 

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT