Un fonds presse EMC à se séparer de VMware

CloudComposantsStockage

Selon la presse économique, un fond d’investissement est monté dans le capital d’EMC pour pousser le spécialiste du stockage à se séparer de sa filiale VMware.

Elliot Management Corp a pris une participation d’un milliard de dollars dans EMC pour faire pression sur le spécialiste du stockage pour qu’il se sépare de VMware, selon le Wall Street Journal. Le fond en question n’est pas un inconnu puisqu’il a pris par le passé des participations dans BMC Software (qui a été racheté Bain Capital et Golden Gate Capital), dans Juniper Networks et NetApp, concurrent d’EMC.

Pour le quotidien économique, Elliot Management a pris une participation de 2% pour casser l’idée de fédération défendue par les dirigeants d’EMC, au premier rang duquel Joe Tucci, l’indéboulonnable CEO d’EMC. Cette stratégie comprend EMC II (Information Infrastructure) qui s’articule autour des systèmes de stockage, VMware sur la virtualisation de bout en bout et Pivotal pour les aspects Big Data. Les trois entités sont indépendantes pour fournir des solutions et des produits individuellement, mais avec une orientation générale qui est le cloud. Il est peu probable que Joe Tucci succombe aux exigences du fonds d’investissement de mettre à mal cette organisation en se séparant de VMware. Interrogé par nos confrères du WSJ, EMC a indiqué « qu’elle était toujours heureuse de rencontrer ses actionnaires ».

Dynamiser le cours de bourse d’EMC

Elliot Management estime que l’action d’EMC est en deçà de sa valeur réelle (un peu plus de 26 dollars aujourd’hui, en 2000 elle s’échangeait à 100 dollars) et que la vente de VMware pourrait dynamiser le cours de l’action (et dans le même temps apporter une sacré plus-value au hedge fund américain). Reste que si cette opération était menée, les analystes interrogés par le Wall Street Journal voient qu’une poignée de potentiels acquéreurs : Oracle, Cisco ou HP. Les trois sociétés ont été contactées et ont décliné les demandes de commentaires.

EMC n’est pas la seule entreprise à être la cible des activistes financiers. Michael Dell a eu bien du mal à se défaire de la pression de Carl Icahn à l’occasion du rachat de la société éponyme. Ce même Carl Icahn a aussi investi dans Apple pour demander à Tim Cook d’augmenter le versement de dividendes. Elliot Management est dans la même logique avec ses différentes prises de position.

A lire aussi :

EMC oriente le stockage vers la flash et le cloud hybride


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur