Pour gérer vos consentements :

AWS abandonne WorkDocs, son concurrent de Dropbox

Un an pour migrer : c’est le délai donné aux utilisateurs d’Amazon WorkDocs.

AWS mettra effectivement fin au support de ce « service de création, de stockage et de collaboration de contenu » le 25 avril 2025. Il n’accepte d’ores et déjà plus les nouvelles souscriptions.

WorkDocs avait émergé voilà près de dix ans, d’abord sous la marque Zocalo. Il en coûtait alors 5 $ par mois pour chaque utilisateur, avec 200 Go d’espace de stockage inclus. Le service était gratuit – avec 50 Go/utilisateur – pour les clients Amazon WorkSpaces.

Si le quota de stockage de base a été porté à 1 To, la tarification est restée la même. AWS a toutefois ajouté une API qui a son propre pricing. Et lancé une solution annexe : Amazon WorkMail (4 $/mois/utilisateur avec 50 Go d’espace). Réunissant messagerie électronique, agenda et gestionnaire de contacts, elle peut fonctionner en tandem avec WorkDocs pour le partage de documents en pièce jointe ou par lien.

En dépit de cette passerelle et de l’ajout de fonctionnalités collaboratives (édition dans Office en local ou en ligne), AWS n’a jamais constitué une « suite bureautique » à la manière de Google et Microsoft. Il fut pressenti pour prendre ce chemin. Notamment en 2017 après le lancement d’Amazon Chime (visio et réunions en ligne). Peu après, on l’avait aussi dit intéressé par l’acquisition de Slack (montant évoqué : 9 Md$).

Préparer l’après-WorkDocs

Pour remplacer WorkDocs, AWS conseille… Dropbox. Et fait valoir l’existence d’une « offre spéciale », à condition de s’y abonner par l’intermédiaire de sa marketplace.

Pour ce qui est récupérer les données WorkDocs avant leur suppression dans un an, deux options se présentent :

– Téléchargement par les utilisateurs
Cette méthode fonctionne avec la version web (fichiers jusqu’à 5 Go) et avec le client Windows à condition d’installer l’app WorkDocs Companion. Elle ne permet pas de récupérer les anciennes versions de fichiers, ainsi que les commentaires et les permissions.

– Migration à partir de la console
Cette méthode exporte les sites WorkDocs sous forme d’archive(s) zip vers un ou plusieurs buckets S3 situés dans la même région cloud au sein du même compte AWS. Elle permet de récupérer les différentes versions des fichiers. Commentaires et permissions sont intégrés dans un CSV à la racine de l’archive.

Avec la deuxième méthode, AWS propose une remise sur facture. Il la calcule à partir de l’espace utilisé sur WorkDocs en mars 2024. Elle représente les coûts supplémentaires que pourrait occasionner le stockage sur S3 pour trois mois.

Illustration © Amazon

Recent Posts

IA et communs numériques : 7 projets français à suivre

L'appel à projets « Communs numériques pour l'intelligence artificielle générative » a ses premiers lauréats.…

1 jour ago

Snowflake et Databricks rivalisent aussi sur l’open source

Snowflake et Databricks viennent d'officialiser l'un et l'autre une démarche de mise en open source…

1 jour ago

Recall : le rendez-vous raté de Microsoft sur les PC Copilot+

Fonctionnalité phare des PC Copilot+, Recall ne sera finalement pas disponible à leur lancement.

1 jour ago

Conformité RGPD : l’autoévaluation BCR en 50 questions

La CNIL a produit un outil d'évaluation de maturité pour les projets de BCR. On…

2 jours ago

Comment Accor a basculé son système de réservation sur AWS

La plateforme de réservation du groupe Accor, TARS, est exploitée sur AWS.depuis fin 2023. Une…

2 jours ago

VMware by Broadcom : les frais de fonctionnement réduits, les revenus aussi

Sous l'ère Broadcom, VMware coûte moins... et rapporte moins. Coup d'œil sur sa contribution actuelle…

2 jours ago