Pour gérer vos consentements :

Fluid Framework : ce que Microsoft vise sur Office et au-delà

Où en est Microsoft dans la mise en œuvre de Fluid Framework ? Avec ce projet, le groupe américain cherche à favoriser la conception d’applications collaboratives. Il l’avait officialisé fin 2019, puis mis en open source en septembre dernier.

Par « favoriser », il faut notamment entendre « éliminer le travail côté serveur ». Avec Fluid, le développement se concentre sur les applications clientes. Le framework fait en sorte que celles-ci puissent accéder simultanément à des structures de données partagées.

Le « service Fluid » collecte les opérations sur les données, les hiérarchise et les distribue entre les applications (JavaScript) clientes. Lesquelles s’y connectent via WebSocket.

Que ce soit pour les développeurs ou les utilisateurs finaux, on en reste en phase expérimentale. Seul le cœur fonctionnel est considéré comme stable pour le moment. Cela n’empêche pas Microsoft de solliciter des partenaires pour effectuer des démos. On en a eu quelques-unes fin mai lors de la conférence Build. Constat : si la bureautique reste son principal terrain, Fluid Framework est plus qu’un « anti-Google Docs ».

Teams, vitrine pour Fluid Framework

Chez Microsoft, il s’incarne en des composants « transversaux » au sens où on peut les synchroniser entre différents logiciels de la suite Office.
La préversion ouverte au public fermera ses portes fin août. Elle laissera, nous explique-t-on, place à une « nouvelle expérience ». Teams en sera un pilier. On pourra y exploiter les composants en question dans les discussions comme dans les réunions. En particulier, avec une fonctionnalité de prise de notes qui s’afficheront aussi dans les calendriers Outlook. Et qu’on pourra intégrer dans OneNote tout en continuant à bénéficier de l’édition collaborative.

La Build 2021 fut le théâtre d’autres annonces à propos de Fluid Framework. En l’occurrence, deux lancements de services en préversion privée. L’un consiste en une version managée du framework, hébergée sur Azure. L’autre permet d’exploiter SharePoint ou OneDrive pour déployer, sur des locataires Microsoft 365, des applications Fluid pour Teams.

Illustrations © Microsoft

Recent Posts

RGPD : Amazon et Meta écopent des plus lourdes amendes

Plus de quatre ans que l'UE s'est doté du règlement de gestion des données personnelles…

3 heures ago

Twitter : les atermoiements open source du réseau social

Contribuer activement à des projets open source ne serait plus d'actualité pour Twitter depuis son…

4 heures ago

Data analyse : Husprey, start-up française, a levé 3 millions €

Avec ce tour de table, Husprey renforce son effectif pour devenir un espace de travail…

9 heures ago

AWS se prononce sur la « souveraineté numérique »

Le « plaidoyer pour la souveraineté numérique » d'AWS pose une vision uniforme d'une question…

9 heures ago

Windows 11 peine encore à trouver son rythme

Le plus récent OS de Microsoft équipait environ 16% du parc de PC sous Windows…

1 jour ago

Let’s Encrypt et langages sécurisés : les travaux de l’ISRG

Dans son rapport annuel, l'ISRG aborde son projet phare Let's Encrypt. Mais aussi le projet…

1 jour ago