Pour gérer vos consentements :
Categories: BusinessCloudIA

Microsoft propose une délocalisation hors de Chine à ses ingénieurs IA et Cloud

Microsoft chercherait à retirer de Chine des centaines de ses employés qualifiés en leur proposant de s’installer aux États-Unis et dans d’autres pays.

Le Wall Street Journal (WSJ) a été le premier à rendre compte de l’offre de relocalisation de Microsoft d’environ 700 à 800 de ses ingénieurs en IA et cloud en Chine, dans un contexte de tensions croissantes entre Washington et Pékin.

L’administration Biden a renforcé les contrôles à l’exportation pour permettre à la Chine d’accéder aux technologies américaines de pointe, notamment aux puces d’IA. Les États-Unis envisagent également de restreindre l’accès de la Chine aux modèles américains d’IA.

Plus tôt cette semaine, les États-Unis ont également annoncé l’imposition de droits de douane de 100 % sur une gamme de produits fabriqués en Chine, notamment les véhicules électriques, les semi-conducteurs et les minéraux essentiels.

Pour éviter les restrictions américaines, le WSJ a rapporté que Microsoft demandait à des centaines d’employés de ses opérations de cloud computing et d’intelligence artificielle basées en Chine d’envisager un transfert hors du pays.

700 à 800 spécialistes de l’IA et du Cloud concernés

Ces employés sont pour la plupart des ingénieurs de nationalité chinoise, et ils se sont récemment vu offrir la possibilité d’être transférés dans des pays comme l’Amérique, l’Irlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont déclaré au WSJ des sources proches du dossier.

Il semblerait qu’environ 700 à 800 personnes aient reçu l’offre de relocalisation, la plupart d’entre elles étant impliquées dans l’apprentissage automatique et d’autres tâches liées au cloud computing, aurait déclaré l’une des personnes.

Les offres de déménagement ont été faites plus tôt cette semaine et les employés ont jusqu’à début juin pour se décider, a déclaré au WSJ une autre personne proche du dossier. Les salariés peuvent toutefois choisir de rester en Chine.

Ils ont été informé que le déménagement contribuerait à renforcer les ambitions mondiales de Microsoft en matière de cloud computing et à répondre aux besoins d’ingénieurs en IA dans divers endroits, aurait déclaré la personne.

Une porte-parole de Microsoft a reconnu au Wall Street Journal que l’entreprise avait partagé une opportunité facultative de transfert interne avec un sous-ensemble d’employés non identifié.

Le porte-parole a également déclaré que Microsoft restait engagé envers la région et la Chine.

Elle a cependant refusé de commenter la raison de cette offre de déménagement.

Mais il est juste de dire que Microsoft se retire de la Chine depuis un certain temps déjà.

En novembre 2023, le PDG Satya Nadella a confirmé que Microsoft ne se concentrait pas sur la Chine en tant que marché intérieur, mais faisait des affaires avec de grandes entreprises chinoises opérant à l’extérieur du pays.

L’année dernière, LinkedIn de Microsoft a cessé d’exploiter son application d’emploi InCareer destinée aux utilisateurs professionnels en Chine continentale, invoquant « une concurrence féroce et un climat macroéconomique difficile ».

Cette décision intervient deux ans après que Microsoft ait fermé la version localisée de sa principale application LinkedIn destinée aux utilisateurs en Chine.

Un centre de R&D en Chine depuis 1998

Microsoft fournit des services d’intelligence artificielle au constructeur chinois de véhicules électriques Li Auto et à la société d’électronique grand public Xiaomi, entre autres.

Et Microsoft mène toujours des opérations de recherche en Chine.

Son laboratoire de recherche, Microsoft Research Asia, a ouvert ses portes il y a plus de vingt ans et possède de grands bureaux à Pékin et Shanghai. On dit qu’il s’agit du plus grand centre de R&D de Microsoft en dehors des États-Unis, et il est largement reconnu pour avoir formé certains des plus brillants leaders chinois en matière d’IA et de technologie.

Le WSJ a rapporté que Microsoft emploie environ 7 000 ingénieurs dans son groupe R&D Asie-Pacifique, la plupart étant basés en Chine.

Microsoft aurait déclaré qu’il continuerait à opérer en Chine, mais il serait confronté à des défis de la part des autorités locales.

Le gouvernement chinois arrête l’utilisation par les agences et départements gouvernementaux du système d’exploitation Windows de Microsoft, ainsi que des puces d’AMD et d’Intel.

La Chine a lancé l’année dernière son premier système d’exploitation de bureau open source, nommé OpenKylin.

Cela s’est produit malgré le développement par Microsoft d’une version spéciale de son système d’exploitation Windows 10 pour le gouvernement chinois.

Tom Jowitt, Silicon UK

Recent Posts

Snowflake au cœur d’une campagne de cyberattaques

Une vaste campagne d'exfiltration de données cible des instances Snowflake. L'éditeur nie toute vulnérabilité sur…

2 heures ago

YesWeHack, nouvelle levée de fonds de 26 millions €

YesWeHack, la plateforme de Bug Bounty et de gestion des vulnérabilités, annonce une levée de…

5 heures ago

Oracle se taille une part du gâteau OpenAI

OpenAI a négocié une extension de capacité sur le cloud d'Oracle, en complément à Azure.

6 heures ago

VMware rempile avec les OEM… et serre la vis sur AWS

VMware a renoué des accords commerciaux avec Dell, HPE et Lenovo. Il a aussi acté…

24 heures ago

Au-delà d’Apple Intelligence, ce qui change avec iOS 18

Les « fonctionnalités IA » ont jalonné l'annonce d'iOS 18. À quoi s'attendre sur les…

1 jour ago

Apple Intelligence : une marque ombrelle… pour quelles promesses ?

Les services ayant trait à l'IA ont désormais une marque référente chez Apple. Quelles en…

1 jour ago