Categories: ProjetsSécurité

Cybersécurité : les ETI françaises sous-estiment le risque

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Les entreprises de taille intermédiaire (ETI) ne sont pas épargnées par la multiplication des menaces cyber et l’extension de la surface d’attaque. Mais leur dirigeants sous-estiment encore le risque, selon une enquête* Ifop pour le courtier en assurance Bessé.

55% des dirigeants d’ETI interrogés considèrent le cyber-risque comme important mais « non prioritaire ». En revanche, 35% l’appréhendent comme un risque « stratégique » plus que technique. Ce taux passe à 45% chez les entreprises réalisant plus de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel et à 59% pour les entreprises de plus de 1000 salariés.

Globalement, 56% des répondants considèrent « importante » ou « très importante » l’exposition de leur entreprise à ce risque. En revanche, 44% la jugent « modérée » (21%), voire « faible à inexistante » (23%).

Que le niveau d’appréciation de la menace cyber soit élevé ou faible, 89% des répondants considèrent que leur organisation est préparée (voire « très préparée » pour 32% du panel). Or, la gouvernance du risque varie en fonction de l’appréciation de la menace.

Des ETI assurées contre le cyber-risque ?

Les dirigeants d’ETI estiment que le risque cyber qui pèse sur leur société est en moyenne de 5,8 sur une échelle de 1 à 10. Cependant, 3% seulement prévoient de recruter un profil dédié à la cybersécurité d’ici l’automne 2020. Les RSSI apprécieront.

Par ailleurs, 61% pensent que leur entreprise dispose d’une assurance pour couvrir le risque cyber. Or, selon la Fédération française de l’assurance (FFA), le volume de primes collectées en France sur le risque cyber par les assureurs reste modeste (80 millions d’euros). « La collecte de primes se concentre au niveau des grands groupes qui sont aujourd’hui presque tous assurés. Ce n’est pas encore le cas pour les ETI ou certains annoncent un taux d’équipement en assurance cyber de moins de 10% », selon le rapport.

« Plus sensibilisés qu’hier [Ndlr : cf. l’enquête PwC/Bessé], les dirigeants d’ETI ont réagi et intégré la dimension stratégique du risque. Mais force est de constater que l’effort de sensibilisation doit être maintenu et les investissements à déployer pour se protéger sont encore à accentuer », a déclaré Pierre Bessé, président de la société éponyme.

*L’enquête a été menée en France, en octobre 2019, auprès de 150 dirigeants d’entreprises de taille intermédiaire. (Une ETI est une société de 250 à 4 999 salariés, dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 1,5 milliard d’euros).

(crédit photo © shutterstock)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Recent Posts

Mozilla, développeur de Firefox, taille dans ses effectifs

Mozilla annonce "restructurer" son activité pour se relancer dans un monde post-Covid-19.

9 heures ago

Cybersécurité : des RSSI à bout de souffle ?

En France, 7 RSSI sur 10 considèrent que leur entreprise est plus exposée aux violations…

1 jour ago

Oracle Cloud VMware gagne de nouveaux territoires

Oracle Cloud VMware facilite dorénavant la migration de charges de travail virtualisées dans toutes les…

1 jour ago

Perturbations d’Internet : 45% de hausse depuis janvier

Les perturbations mondiales d'Internet ont fortement augmenté en mars 2020. En juillet, elles n'avaient toujours…

2 jours ago

SAP HANA Enterprise Cloud se livre avec HPE GreenLake

Avec HPE GreenLake, SAP propose désormais SAP HANA Enterprise Cloud en tant que service géré…

5 jours ago

TikTok : Microsoft a 45 jours pour convaincre

Microsoft négocie à marche forcée le rachat de TikTok, après un décret de Trump interdisant,…

5 jours ago