Pour gérer vos consentements :

Intelligence artificielle : le conseil d’éthique de Google déjà enterré

Le 26 mars dernier, en grande pompe dans le cadre du salon MIT Technology Review, Google annonçait la création d’un conseil d’éthique pour l’intelligence artificielle :  Advanced Technology External Advisory Council (ATEAC).

Pour le piloter, des personnalités de tous bords, des politiques, des économistes, des professeurs, des chefs d’entreprise… Le but : encadrer ses projets en intelligence artificielle pour respecter la protection de données, sa neutralité et la transparence.

Une pétition lancée par des centaines d’employés de Google

Sauf que les membres de ce comité sont pour certains juge et partie, et une pétition lancée et signée par des centaines d’employés de Google a eu raison de ce projet.

Certains universitaires s’en étaient déjà dégagés en découvrant les noms des autres membres et des activistes demandaient notamment le départ de Dyan Gibbens, P-dg de Trumbull Unmanned, une entreprise spécialisée dans les technologies de drones.

Les membres de l’éphémère conseil d’éthique pour l’intelligence artificielle de Google.

L’utilisation de l’intelligence artificielle à des fins militaires fait partie des sujets de discorde, et pour l’instant, ce projet de conseil éthique est donc suspendu.

Déjà un désaccord avec le projet Marven

En juin dernier, Google avait édicté une liste de 7 principes concernant ses activités dans le domaine de l’IA (Intelligence Artificielle). Ces principes constituent un modèle que tout développeur de logiciel IA doit respecter en interne.

Ils affirment que Google ne travaillera pas sur des projets de surveillance d’IA qui violent des «normes internationales et acceptées» ou des projets qui contreviennent aux «principes largement reconnus du droit international et des droits humains».

Cette initiative était destinée à lever les inquiétudes concernant l’implication de Google dans le Projet Maven visant à appliquer l’IA aux images saisies par les drones. Plus de 4600 employés lui avaient purement et simplement demandé de se retirer du projet. Témoignage de la gronde, 13 employés avaient même démissionné.

Les protestations du personnel avaient poussé Google à ne pas renouveler ce contrat.

Recent Posts

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

3 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

5 heures ago

Salaires IT : à qui profite le dégel des rémunérations ?

La part des cadres de la fonction informatique qui bénéficient d'une hausse de rémunération retrouve…

6 heures ago

Quels standards pour la cryptographie post-quantique ?

À l'issue d'une procédure de six ans, le NIST a sélectionné quatre algorithmes à standardiser…

7 heures ago

DMA, DSA : une régulation à la hauteur des « Big Tech » ?

Le Parlement européen a définitivement adopté le DMA et le DSA ce 5 juillet. Des…

12 heures ago

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

1 jour ago