Pour gérer vos consentements :

Microsoft « Polaris »: discussions et rumeurs autour d’un futur Windows

A quoi ressemblerait un futur Windows ? Microsoft plancherait dessus selon le site média Windows Central, qui évoque une version moderne de Windows 10 pour desktop à partir de Windows Core OS.

Ce projet de système d’exploitation modulaire était apparu sur les radars en septembre 2017.

Mais que recèle le programme de développement de Microsoft autour de Windows affublé du nom de code « Polaris » (petit clin d’oeil à Sun Microsystems Solaris ?…) ?  Débouchera-t-il sur une évolution du type Windows 10 S ou sur tout à fait autre chose ?

Les hypothèses et spéculations diverses se multiplient.

L’un des points clés qui ne parait pas tranché est de savoir si le futur Windows, qui intégrerait le CShell universel, posera des problèmes de compatibilité avec le socle Win32 (« OneCore ») inhérent à Windows 10 sur PC.

Ou s’il s’en détachera sciemment afin d’ouvrir un nouveau chapitre pour mieux supporter des applications universelles (fédérées autour de Universal Windows Platform), orientées « mobiles » et moins gourmandes en ressources.

Version allégée orientée mobile? Ou version desktop rafraîchie ?

Avec cette hypothèse, il s’agirait d’une évolution de Windows 10 S, dont l’un des principaux atouts serait de pouvoir alléger le noyau du futur OS. Et ainsi mieux le prédisposer aux ‘devices’ mobiles, grâce à une baisse drastique de la consommation d’énergie.

Pour y parvenir, le système pourrait recourir à la virtualisation, en local et/ou avec accès à distance, sur le modèle de « Rails » (cf. support de WSL, Windows Subsytem for Linux).

Est-ce plausible ? Beaucoup font remarquer qu’il semble difficile de se couper entièrement de Win32.

Microsoft devrait procéder à des « aménagements » ou « savants découpages » parmi les sous-ensembles du socle historique. C’est pourquoi d’autres développeurs penchent, au contraire, pour une version ‘Desktop’ totalement rafraichie, en rupture avec Windows 8 et 10.

Quoiqu’il en soit, déchargée ou non de certains « composants hérités de longue date », la nouvelle version sera plus sécurisée et plus rapide à ‘booster’.

Il reste une question en suspens : sera-t-il possible de mettre à jour les systèmes Windows 10 existants et d’installer «Polaris »? Là encore, certains considèrent qu’il pourrait y avoir rupture.

(Article produit par APM)

(Crédit photo :compte Twitter  @Windows)

Recent Posts

Cloud : 4 points à retenir du rapport Aryaka

Adoption cloud, espace de travail hybride, convergence réseau et cybersécurité… La migration monte en puissance.

1 jour ago

Automatisation et emploi : pourquoi l’Europe peut mieux faire

Impactés par l'automatisation, 12 millions d'emplois seraient détruits dans 5 pays d'Europe, d'ici 2040. La…

1 jour ago

Green IT : 10 chiffres sur l’empreinte écologique

L'ADEME et l'Arcep ont remis au Gouvernement leur rapport sur l'empreinte environnementale du numérique en…

1 jour ago

Cisco : 4 certifications qui rapportent

Dans les technologies et les réseaux, une expertise certifiée peut faire la différence. Les certifications…

2 jours ago

WeTransfer vers une valorisation de 716 millions €

Le service de transfert et de stockage de fichiers WeTransfer sera évalué entre 629 et…

2 jours ago

Threat intelligence : VirusTotal tente de valoriser les IoC

VirusTotal (plate-forme de renseignement sur les menaces) a récemment introduit le principe des « collections…

2 jours ago