Pour gérer vos consentements :

Modernisation des SI : quand l’architecte d’entreprise s’extrait du carcan IT

Malgré son rôle incontournable dans la transformation du business, le métier d’architecte d’entreprise reste méconnu du grand public. En charge de la planification et de la modernisation des SI, il pâtit d’une étiquette purement IT. Or aujourd’hui, l’IT c’est le business. L’architecte est essentiel pour faire le lien entre l’IT et le business pour garantir le succès de la transformation.

L’Architecte d’entreprise, partenaire indispensable de la digitalisation des métiers

Aujourd’hui, attendre trente minutes au téléphone pour suivre votre dossier à l’Assurance Maladie semble d’un autre âge, tant les emails et autres plateformes en ligne ont transformé les habitudes. Passer du papier au numérique, c’est l’exemple type de la digitalisation, et l’architecte d’entreprise y joue un rôle clé car il aide les métiers à sélectionner les bonnes technologies.

Pourquoi passer par un architecte pour choisir les technologies métiers ? Parce que la transformation ne fonctionne pas en silos ! Pour ajouter une nouvelle technologie au parc informatique, il faut s’assurer qu’elle réponde aux besoins métiers bien sûr; mais elle doit aussi être compatible avec les autres systèmes, respecter les règles de sécurité et s’inscrire dans un parcours client cohérent.

L’architecte d’entreprise est le seul à avoir cette vision globale des métiers, des technologies et des risques : il est donc indispensable pour accompagner la transformation du business. Alors pourquoi lui attribue-t-on une réputation exclusivement IT ?

Une étiquette IT due à une approche trop documentaire

Le métier d’architecte d’entreprise est né dans l’IT. Il est généralement rattaché au Directeur Informatique et sa mission première reste la gestion du portefeuille applicatif ; Il joue un rôle clé dans le planning stratégique et la modernisation de l’IT.

La première étape d’un projet de transformation est de prendre connaissance de l’existant pour ensuite le faire évoluer. Or, quand il s’agit du parc applicatif et des processus, l’effort de documentation est si laborieux qu’il occupe souvent l’essentiel du temps des architectes, au détriment de leur rôle de collaboration avec les métiers dans les projets de transformation.

Cet effort documentaire est perçu comme un frein par les opérations, qui se détachent des architectes en leur attribuant une étiquette purement IT. Mais aujourd’hui le métier d’architecte évolue et s’incarne dans une nouvelle génération qui aide les métiers à délivrer de la valeur.

Émergence d’une architecture d’entreprise de « nouvelle génération »

L’architecte next-gen (nouvelle génération) a deux caractéristiques principales : il automatise la documentation et il est orienté résultat en se concentrant sur les objectifs des métiers.

En matière d’automatisation d’abord, l’architecte next-gen peut aujourd’hui utiliser un ensemble de solutions pour automatiser l’inventaire des applications, qu’elles soient installées localement ou hébergées en mode SaaS. Localement, l’architecte détecte les technologies installées sur les serveurs grâce à des outils de « sniffing ».

En SaaS, il détecte les services utilisés grâce à de nouvelles solutions qui reposent sur des bases de connaissance recensant la plupart des applications SaaS disponibles sur le marché. On s’aperçoit d’ailleurs qu’en SaaS, l’informatique ne connait que 30 % des applications réellement utilisées dans l’entreprise car les métiers peuvent très facilement acheter des services en ligne avec une simple carte de crédit. La découverte automatique des applications permet de révéler tout cet univers invisible aux DSI : le « shadow IT ».

Grâce à un inventaire complètement automatisé, l’architecte d’entreprise dispose enfin du temps nécessaire pour se focaliser sur le changement, et accompagner les métiers dans leurs projets de transformation en leur permettant d’atteindre leurs objectifs.

La documentation n’étant pas une fin en soi, l’architecte next-gen aborde les problématiques métiers de façon itérative en identifiant à chaque fois le bénéficiaire métier et les livrables attendus, passant ainsi d’un exercice purement documentaire à un soutien opérationnel. C’est en adoptant cette approche orientée résultat qu’il va apporter de la valeur aux métiers.

Un rôle étendu à la gouvernance des données

Si le premier défi des architectes d’entreprise est de se débarrasser de leur étiquette purement IT, les architectes les plus performants vont plus loin et étendent leur périmètre à la gouvernance des données (data gouvernance). Avec une économie toujours plus digitale, la maîtrise de la donnée devient critique pour les organisations.

L’architecte d’entreprise qui connaît bien les processus et les applications manipulant des données est ainsi naturellement sollicité pour soutenir la gouvernance des données. Son rôle est de comprendre comment la donnée est captée, utilisée et transformée au sein de l’organisation. Il doit aussi estimer comment évolue la qualité des données dans le temps et s’assurer que l’usage qui en est fait respecte les réglementations en vigueur telle que le RGPD.

Là encore, l’architecte next-gen va employer une approche automatisée pour détecter la métadonnée sur les bases de données. Mais contrairement à une interprétation basée uniquement sur les données techniques pour définir le dictionnaire métier (bottom-up), l’architecte d’entreprise peut proposer, grâce à son expertise de modélisation, une approche différente pour la data gouvernance (top-down) basée sur une définition des concepts et modèles métiers pour catégoriser les données. Celle-ci permet à la fois d’améliorer l’adhésion du business et de réduire la sensibilité à la volumétrie des données à traiter.

Si l’architecte traditionnel garde une étiquette IT, l’architecte next-gen réussit à s’en défaire en automatisant la découverte des applications et en employant une approche orientée résultats. Il devient ainsi un réel partenaire des métiers pour les accompagner dans leur digitalisation et étendre ensuite son périmètre à la gouvernance des données.

Recent Posts

VDI vs DaaS: comment faire le bon choix ?

Le choix entre VDI et DaaS peut sembler difficile, car les enjeux sont plus élevés…

4 heures ago

Vol de données : la menace des anciens employés

Les ex-employés ont différentes possibilités de tirer profit des données qu'ils volent : les utiliser…

5 heures ago

FinOps : pourquoi c’est une pratique encore peu déployée

Il est important de nommer un responsable opérationnel dédié au projet FinOps. Les objectifs qu’il…

9 heures ago

EDR : des outils de plus en plus complexes à utiliser

Les PME acquièrent des EDR sans avoir les moyens de les manager et d’en exploiter…

1 jour ago

Pourquoi les développeurs sont les héros oubliés de la crise sanitaire ?

Face à l’impératif, toujours plus fort sur les équipes DevOps, de mettre rapidement en service…

4 jours ago

Budget IT : comment bien préparer 2022

En cette période de fin d’année, les DSI doivent se prêter au délicat exercice de…

6 jours ago