Pour gérer vos consentements :

Cybersécurité en 2024 : les DSI s’apprêtent à réviser leur politique

Les solutions XDR de détection et de réponse aux cyberattaques, le pare-feu applicatif WAF, la console d’alertes SIEM et le suivi continu des incidents du SOC font partie de l’arsenal moderne de cyberdéfense des organisations.

Un arsenal déjà enrichi au fil des ans, dont la capacité d’évolution exige de réunir de nouvelles compétences, procédures, et règles de pilotage. D’autant que les enjeux varient selon les activités de chaque entreprise.

Participez au Silicon Day Data & Cybersecurity

Par exemple, on surveille la surface d’attaques de toute la chaîne logistique et on automatise davantage de tâches pour gagner du temps, prévenir et traiter les incidents de sécurité.

Simultanément, on sensibilise et on forme les métiers aux bonnes pratiques du cloud, de l’IA et des connexions sécurisées, via des campagnes de phishing ou des tests externalisés de bug bounty ou de détection de vulnérabilités.

Emparez-vous du sujet en anticipant les cyber-risques propres à votre environnement et rejoignez la communauté des managers IT de Silicon.fr, le 30 novembre en matinée, à la maison des Polytechniciens (Paris 7e).

La  rédaction de Silicon.fr vous accueillera à l’hôtel de Poulpry dès 8h30 pour une matinée d’échanges autour des projets d’analyse de données et de services cloud, de retours d’expérience de migrations d’applications vers le cloud, et d’interactions avec des bâtisseurs et les intégrateurs de solutions efficaces pour consolider, protéger et valoriser vos données numériques.

Data & Cybersecurity 2024 : plusieurs priorités

Vous le savez, les projets cloud et data actuels mènent très souvent à une révision de la politique de sécurité.

Du coup, vous pourriez vous fixer jusqu’à cinq priorités ou missions en 2024 :

1 > Réévaluer la surface d’attaques, les défenses contre les malwares et les ransomwares, les capacités de détection et de réponse, vérifier l’analyse d’impact sur votre écosystème.

2 > Faire l’inventaire des logiciels et services, y compris des solutions open source afin de les intégrer dans le programme de gestion des vulnérabilités.

3 > Réduire et consolider le nombre de fournisseurs et d’outils de cybersécurité.

4 > Développer une expertise autour de modèles LLM (Large Language Models), de l’apprentissage automatique (Machine Learning), de l’entraînement des modèles d’IA, de la sécurité des API et des conteneurs.

5 > Tenir à jour un registre des risques, sans négliger la conception et le déploiement d’applications cloud sécurisées, du cahier des charges jusqu’au déploiement des services.

Venez partager vos réflexions et vos retours d’expérience, rendez-vous le le 30 novembre en matinée, à la maison des Polytechniciens (Paris 7e). Inscrivez-vous gratuitement ici

Recent Posts

La Suite Numérique : les errements d’un projet d’État

La Cour des comptes pointe les résultats insuffisants de La Suite Numérique (ex-SNAP) et évoque…

59 minutes ago

Apple Pay : l’UE valide l’ouverture à la concurrence sur les iPhone

La Commission européenne approuve la proposition d’Apple permettant à des concurrents de proposer des solutions…

5 heures ago

Que d’eau ! Les engagements d’AWS pour en économiser

AWS entend devenir « water-positive » pour 2030. Que recouvre cet objectif ?

1 jour ago

PC : le marché renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Après sept trimestres consécutifs de baisse, le marché mondial des PC traditionnels affiche un rebond…

1 jour ago

Le CISPE et Microsoft trouvent un accord : et maintenant ?

Le CISPE s'est engagé à retirer sa plainte contre Microsoft. Quelle monnaie d'échange le groupe…

1 jour ago

Silo AI, une nouvelle prise pour AMD dans le vivier européen de l’IA

Après avoir acquis Mipsology en France, AMD s'empare de Silo AI, tête de pont de…

1 jour ago