Pour gérer vos consentements :

La plate-forme d’intégration Talend prête pour le cloud et le big data

L’éditeur français Talend livre aujourd’hui la cinquième version majeure de sa solution d’intégration. Le chemin parcouru a été important depuis la sortie de la première mouture de ce produit en 2006 : support de Java (v2), prise en charge de la qualité des données (v3) et gestion des données de référence (v4).

Fabrice Bonan, cofondateur de Talend, fait le tour avec nous sur les nouveautés présentes dans cette v5, qui intègre un ESB (Enterprise Service Bus) et une solution de BPM (Business Process Management). « L’ESB est directement issu du rachat de l’Allemand Sopera, que nous avons réalisé en 2010. La solution de BPM est celle de BonitaSoft, adaptée et intégrée à notre produit », explique Fabrice Bonan.

Une approche de bout en bout

« L’intégration point à point ne suffit plus, constate Fabrice Bonan. L’ajout d’un ESB permet d’apporter une couche d’abstraction, un bus sur lequel toutes les applications viennent se connecter. L’ESB permet un vrai découplage, les applications et données pouvant alors être exposées sous la forme de services. Avec un catalogue de services, la BPM devient naturelle. Elle assure l’orchestration des services, qu’elle assemble sous la forme de processus métiers. »

Cette exposition des données et applications sous la forme de services correspond bien à la stratégie que la société nous avait présentée lors de l’Open World Forum 2011. C’est également un excellent moyen de porter cette solution d’intégration dans le monde du cloud, qui s’appuie par essence sur des services.

‘Bottom up’ contre ‘top down’

Avec Talend v5, l’éditeur dispose d’une offre complète, capable de rivaliser avec les solutions d’IBM ou Oracle. « Notre approche est toutefois différente, explique Fabrice Bonan. Nous commençons par répondre à des besoins d’intégration classiques, puis nous poursuivons par l’ajout d’un bus et enfin la définition d’un workflow. Nous allons en remontant en non en descendant comme le font des acteurs tels IBM, qui utilisent une procédure de type ‘top down’, en commençant par formaliser les processus. »

Il est vrai que les entreprises qui font appel à Talend ont en général déjà réalisé de premières intégrations via les composants open source de la société. C’est parce qu’elles veulent aller plus loin dans leur projet que les services et produits de l’éditeur entrent en jeu. Un modèle de type ‘bottom up’ assez courant dans le monde de l’open source.

Un roadmap ambitieuse

Fabrice Bonan nous a livré un aperçu de la feuille de route de la société. Le big data et le cloud y tiennent une large place. Une évolution logique, sachant que Talend v5 apporte toutes les briques nécessaires pour partir à l’abordage de ces deux marchés.

Des produits plus verticaux, conçus en coopération avec les partenaires de la société, devraient également apparaitre dans le courant de l’année 2012.

Recent Posts

La France mobilise 2,3 milliards € pour ses start-up industrielles

Le plan start-up industrielles et deep tech vise à passer de 200 à 500 jeunes…

1 heure ago

FireEye + McAfee Enterprise : alias Trellix pour l’offensive XDR

Effective sur le plan capitalistique, la fusion entre FireEye et McAfee Enterprise l'est désormais aussi…

2 heures ago

Cybersécurité : 5 priorités des DSI

Les priorités de protection exprimées par des responsables informatiques en France se concentrent sur les…

7 heures ago

Cybersécurité : un élan EDR en France ?

L'EDR a enregistré une nette progression dans le parc de solutions cyber des entreprises qui…

7 heures ago

Stockage primaire : qui sont les principaux fournisseurs ?

Qui sont les têtes d'affiche du stockage primaire et en quoi se distinguent-ils ? Éléments…

10 heures ago

Investissements IT : Gartner prévoit 5,1% de croissance en 2022

Les investissements informatiques mondiaux augmenteraient de plus de 5% en 2022. Une année de perspectives…

1 jour ago