Pour gérer vos consentements :
Categories: BureautiqueLogiciels

Office 365 : le nouveau pricing en France

Comme annoncé l’été dernier, les prix de plusieurs éditions professionnelles d’Office 365 ont augmenté au 1er mars. Au niveau mondial, sur tous les canaux de vente… ou presque. Microsoft a fait une exception pour ses partenaires CSP (Cloud Service Provider). Il leur a accordé un délai supplémentaire, de deux semaines. Motif officiel : leur laisser le temps de répondre à la « forte demande » intervenue en amont des hausses tarifaires.

En France, les prix catalogue ont augmenté comme suit :

– Microsoft 365 Business Basic est passé de 4,20 à 5,10 € HT/mois/utilisateur (+21 %)
– Microsoft 365 Business Premium : de 16,90 à 18,60 € (+10 %)
– Office 365 E1 : de 6,70 à 8,40 € (+25 %)
– Office 365 E3 : de 19,70 à 22,60 € (+15 %)
– Microsoft 365 E3 : de 31,50 à 35,40 € (+12 %)
– Office 365 E5 : de 34,40 à 37,40 € (+9 %)

Les prix n’ont pas évolué pour Microsoft 365 :

– F3 (6,70 €)
– Apps for Business (8,80 €)
– Business Standard (10,50 €)
– E5 (53,70 €)

D’autres augmentations à prévoir pour Office 365

Pour les abonnements dans le cadre du programme CSP, il faut se préparer à une autre hausse. En l’occurrence, un surcoût sur les offres mensualisées. En toile de fond, l’extension de la « nouvelle expérience commerciale » – initialement appliquée sur Azure – à l’ensemble du portefeuille de services en ligne de Microsoft.

Ce système est censé offrir davantage de flexibilité aux revendeurs. Par exemple en permettant de récupérer les prix par API, en gérant les migrations partielles entre SKU ou en mensualisant des offres auparavant uniquement annualisées.

L’expérimentation de la « nouvelle expérience » sur Microsoft 365, Dynamics 365, la plate-forme Power et Windows 365 avait débuté le 1er septembre 2021. Quelques semaines plus tard, Microsoft l’avait ouverte au programme CSP. Puis étendue, le 10 janvier 2022, aux offres commerciales avec licences par siège.

Sur ces offres, l’ancien système transactionnel n’a plus cours pour les nouvelles souscriptions. Pour les renouvellements, il reste utilisable jusqu’au 30 juin 2022.

À cette même date, une promotion prendra fin, toujours au niveau du programme CSP. Les offres mensualisées – hors Windows 365 – ne seront plus au même prix que les annualisées. Elles deviendront 20 % plus chères. Chez les revendeurs, des voix se sont élevées. Du côté de Microsoft, on préfère parler de « flexibilité à prix premium ». Que ce soit de par la durée d’engagement minimale ou la possibilité de modifier le nombre de sièges.

Une autre promotion prendra fin le 31 mars : les 5 % de remise actuellement appliquée sur les prix CSP pour les abonnements annuels. Entre-temps, une nouvelle option aura fait son apparition, sous le nom Home Use. Elle donnera accès à des réductions sur les achats personnels effectués par des employés de clients professionnels.

Photo d’illustration © Sergey Novikov – Adobe Stock

Recent Posts

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

24 minutes ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

2 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

4 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

18 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

21 heures ago

Salaires IT : à qui profite le dégel des rémunérations ?

La part des cadres de la fonction informatique qui bénéficient d'une hausse de rémunération retrouve…

22 heures ago