Pour gérer vos consentements :

RPMgate : Western Digital en proie à un nouveau scandale ?

Aura-t-on bientôt droit à des disques durs « de catégorie 10 W » avec un cache « de catégorie 128 Mo » et une garantie « de catégorie 5 ans » ?

Des internautes posent ironiquement ces questions en réponse à une affaire dont la presse IT commence à se saisir.

Western Digital en est le principal protagoniste… dans le rôle de l’accusé. On reproche au fabricant américain d’avoir menti sur la vitesse de rotation de certains de ses produits. Plus précisément, d’avoir annoncé à 5 400 tours/minute (RPM) des modèles qui fonctionnent en fait à 7 200.

Il est tentant d’évoquer un « RPMgate », en référence au « SMRgate », autre dossier compromettant dont le même Western Digital fut partie, il y a quelques mois. Même si dans le cas présent, les enjeux ne sont pas aussi critiques.

Une fois encore, c’est sur le subreddit DataHoarder – où discutent les archivistes – que le sujet a pris son envol. Particulièrement dans le cadre d’un topic fondé sur des discussions antérieures.

Ces discussions se sont déroulées à partir de juillet 2019 sur le forum du magazine allemand Hardwareluxx. Avec, comme point de départ, un disque dur WD MyBook 8 To contrôlé à 7 200 RPM en test acoustique, mais dont le firmware déclarait 5 400 RPM.

RPMgate : des disques qui ont la « classe »

À en croire les tests menés depuis lors, le phénomène touche plusieurs autres disques dans la gamme WD. En l’occurrence, au moins les références suivantes :

  • WD80EMAZ-00WJTA0 et WD80EDAZ (WD Elements 8 To)
  • WD80EZAZ-11TDBA0 (WD MyBook 8 To)
  • WD80EFAX (WD Red Plus 8 To)
  • WD100EFAX/WD101EFAX (WD Red Plus 10 To)

En plus des tests acoustiques, les fiches techniques donnent des indices, avec des caractéristiques (temps d’accès, consommation…) semblant parfois plus proches de celles de disques 7 200 RPM.

Quelles conséquences à se retrouver avec un tel disque plutôt qu’un 5 400 RPM ? Dans l’absolu, on gagne en performance. Mais la facture d’électricité augmente. Et avec elle, le niveau sonore, comme la chaleur dégagée.

Du côté de Western Digital, on dénonce une mauvaise lecture. Le groupe américain explique travailler depuis des années avec une nomenclature non basée sur des vitesses de rotation, mais sur des « catégories de performance ».

Dans ce contexte, la communication ne se fait pas sur des disques « 5 400 RPM » ou « 7 200 RPM », mais « de classe 5 400 RPM » et « de classe 7 200 RPM ». La raison ? Une logique d’économies d’échelle : un même modèle de disque peut faire l’objet de « variations » à destination de différents marchés et/ou usages.

« Peu importe de quelle couleur de l’arc-en-ciel vous achetez votre disque WD, vous aurez le même », va jusqu’à commenter un internaute qui en veut pour preuve certaines certifications. Et de rappeler le cas d’ATI, qui avait bridé les performances de ses cartes graphiques Radeon 9700 pour les commercialiser sous la référence Radeon 9500.

Photo d’illustration via visualhunt.com

Recent Posts

Collaboratif : Jamespot étoffe son portefeuille avec Diapazone

L'éditeur logiciel français Jamespot ajoute la brique d'orchestration de réunions Diapazone à son offre collaborative…

2 jours ago

Gestion des secrets : pourquoi les équipes DevOps sont à la peine

Les pratiques DevOps de gestion des secrets d'une majorité d'organisations ne sont pas normalisées et…

2 jours ago

Visioconférence : qui sont les principaux fournisseurs ?

Qui sont les têtes d'affiche de la visioconférence et qu'attendre de leurs offres ? Éléments…

3 jours ago

Fargate : une nouvelle étape dans la transition Arm d’AWS

Le moteur serverless Fargate vient allonger la liste des services AWS exploitables avec les instances…

3 jours ago

Ransomware : l’essor de la cybercriminalité en tant que service

En France, le nombre d'attaques par rançongiciels (ransomwares) a augmenté de 255% en une année,…

3 jours ago

Sécurité du cloud : Google dresse un état des lieux

Le détournement de ressources cloud, par quels moyens et à quelles fins ? Un rapport…

3 jours ago