Pour gérer vos consentements :

HP se lance dans le PC as a service teinté d’analytique

Tandis que VMware parle de « Desktop as a Service » et Oracle de « Data as a Service », HP Inc. a une autre acception de l’acronyme DaaS : « Device as a Service ».

Dans la pratique, cette offre s’apparente à de la location informatique. Avec toutefois un élément différenciateur selon la firme américaine : la dimension analytique. HP compte, en l’occurrence, utiliser un logiciel qui permettra d’ajuster au mieux l’équipement de chaque utilisateur, notamment en termes de puissance et de capacité de stockage. L’objectif est aussi d’anticiper les défaillances, tout particulièrement au niveau des batteries sur les ordinateurs portables.

Un antidote au BYOD

Les PC ne sont pas les seuls concernés par cette offre qui résonne comme un « antidote au BYOD » pour les entreprises qui souhaitent reprendre le contrôle sur les terminaux qu’utilisent leurs employés : les tablettes sont prises en charge, tout comme les imprimantes, HP se déclarant ouvert à la gestion des principaux systèmes d’exploitation du marché.

Sur le modèle de l’abonnement mensuel pour un coût fixe par employé, il est question d’un accompagnement « de bout en bout », du déploiement au recyclage des machines, y compris celles d’autres constructeurs.

HP tente d’appliquer à l’informatique client le modèle économique du Cloud dans un contexte particulier : voilà plusieurs années que le marché du PC décline, avec une stabilisation qui n’interviendrait pas avant 2018 selon les dernières estimations d’IDC.

Les tablettes ne se portent pas beaucoup mieux et cela se ressent dans l’activité de HP sur la partie hardware. Le groupe de Palo Alto reste cependant, d’après Gartner, le deuxième constructeur mondial de PC, avec des ventes en baisse au 1er trimestre 2016, mais une part de marché stable d’une année sur l’autre (- 0,1 point, à 17,6 %, contre 19,3 % pour Lenovo), précise ITespresso.

En parallèle, HP confirme avoir mis la main sur David Vision Systems et David 3D Solutions, deux sociétés allemandes à l’origine de technologies de numérisation en 3D. De quoi accompagner le lancement de ses premières imprimantes 3D, destinées au prototypage et à la production en petites séries.

A lire aussi :

Le marché des PC pourrait rebondir

Windows 10 ne sauvera pas les ventes de PC en 2016

crédit photo  © hxdbzxy – shutterstock

Recent Posts

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

4 heures ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

5 heures ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

7 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

8 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

23 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

1 jour ago