Pour gérer vos consentements :

HPE va stopper la livraison de serveurs sur mesure pour les géants du numérique

Hewlett Packard Enterprise (HPE) va modifier sa stratégie de vente de serveurs pour favoriser la rentabilité.

La firme IT californienne compte stopper la livraison en volume de serveurs aux géants du Cloud comme Google, Microsoft et Amazon, selon Silicon.co.uk.

Si ces profils de machines spécialisées se vendent par lots de milliers d’unités, ce type d’opération entraîne généralement des négociations avec les clients  à la recherche de réductions importantes. Une démarche qui réduit drastiquement les marges de HPE.

Quitte à lâcher des marchés considérés à perte. Ainsi, en mars dernier, Microsoft a choisi de bouder les serveurs HPE, faute d’avoir obtenu les substantielles remises escomptées.

La bataille est rude sur le segment des serveurs. HPE subit la pression concurrentielle de fournisseurs chinois tels que Lenovo, Huawei, Inspur ou Quanta Cloud Technology (QCT) en plus des acteurs historiques Dell, Fujitsu ou Cisco, voire Oracle.

Entre le deuxième trimestre 2015 et celui de 2017, les ventes de serveurs chez HPE sont passées de près de 584 000 unités à à peine plus de 483 000, selon Statistica.

Vendre des produits à marge plus élevée

HPE n’entend pas quitter le marché des serveurs pour autant mais il va tirer l’approche marché  vers le haut. Comme certains fabricants de téléphones mobiles, la firme technologique va se concentrer sur des modèles plus haut de gamme (donc porteurs de marges plus appréciables).

« Au cours du premier semestre 2018, HPE cessera de vendre des serveurs spécialisés conçus sur mesure aux fournisseurs de services de niveau 1 (Tier 1), que nous définissons comme Amazon, Google, Microsoft, Facebook, Apple, Tencent, Alibaba et Baidu », a confirmé le constructeur à Silicon.co.uk.

« Nous continuerons de vendre nos produits à marge plus élevée comme le stockage, les réseaux et les serveurs à valeur ajoutée à ces entreprises. »

Cette décision stratégique pourrait en partie expliquer les rumeurs de suppression de 5000 postes dans le monde, qui pourrait être annoncée d’ici la fin de l’année.

La fin de la vente de serveurs en volume entre également dans la volonté de HPE de simplifier son offre, à la fois matérielle, de services et de processus.

Depuis 2015, le groupe californien, dirigé par Meg Whitman, n’en finit pas de se transformer depuis sa scission en deux entités : HPE pour les solutions serveurs et services d’un côté, et HP Inc pour les offres PC et imprimantes.


Lire également
Serveurs ProLiant Gen10: HPE France livre les clés de son coffre-fort techno
Résultats HPE : la CEO Meg Whitman perçoit des « signes encourageants »
Serveurs : Dell gagne des points sur un marché en hausse

Recent Posts

Gestion du risque IT : le top 10 des fournisseurs

Qui sont les têtes d'affiche de l'ITRM (gestion du risque IT) et comment leurs offres…

1 heure ago

Orange : qui est Christel Heydemann, la nouvelle directrice générale ?

Christel Heydemann devrait être nommée directrice générale du groupe Orange ce 28 janvier. Retour sur…

4 heures ago

ESN : Inetum reprise par Bain Capital

Le fonds qatari Mannai qui possède 99% du capital d'Inetum est entré en négociation exclusive…

5 heures ago

CircleCI étend son offre gratuite face à GitHub Actions

CircleCI a procédé à un élargissement de son offre gratuite. Comment se positionne-t-elle désormais par…

6 heures ago

Log4j : SolarWinds rattrapé par la faille

On a découvert, dans l'un des logiciels de SolarWinds, une faille susceptible de favoriser des…

8 heures ago

Cloud : 4 points à retenir du rapport Aryaka

Adoption cloud, espace de travail hybride, convergence réseau et cybersécurité… La migration monte en puissance.

3 jours ago