Pour gérer vos consentements :
Categories: Composants

Informatique quantique : l’Allemagne, vitrine souveraine d’IBM

Pour utiliser un ordinateur quantique, pas besoin de l’avoir chez soi. Mais c’est pratique quand on veut traiter des données localement. Telle est l’idée qu’IBM exprime – en des termes plus formels – à propos de son partenariat avec la Fraunhofer-Gesellschaft.

Cette alliance a abouti à l’installation, en Allemagne, d’un calculateur Quantum System One à 27 qubits. Il se trouve plus précisément à Ehningen (Bade-Wurtemberg). Son inauguration officielle a eu lieu ce 15 juin, en présence notamment d’Angela Merkel.

Il s’agit là du premier ordinateur quantique made in IBM à entrer en fonction hors des États-Unis. Dans la pratique, il est opérationnel depuis janvier*. Et ouvert depuis avril aux utilisateurs externes à la Fraunhofer-Gesellschaft. Cette dernière assure l’exploitation du système, « sous le couvert de la législation allemande en matière de protection des données », nous annonce-t-on.

Au Japon, IBM propriétaire et exploitant

La carte ci-dessous répertorie les différents maillons du « réseau de compétences » Fraunhofer. C’est par leur biais qu’on pourra solliciter l’accès au calculateur, sur le modèle de l’abonnement mensuel.
Chacun de ces centres a son ou ses domaines de recherche. Par exemple :

  • Bade-Wurtemberg : matériel quantique et systèmes hybrides
  • Bavière : sécurité et robustesse des ordinateurs quantiques
  • Rhénanie-du-Nord-Westphalie : science et ingénierie quantiques
  • Rhénanie-Palatinat : calcul quantique haute performance et algorithmes

IBM prévoit une autre inauguration, en juillet au Japon, avec l’université de Tokyo. Le groupe américain sera propriétaire et exploitant du système.
Dans un « avenir proche », nous dit-on, un autre Quantum System One sera ouvert, dans une clinique de Cleveland. Il s’agira du premier installé chez une organisation du secteur privé.

La roadmap d’IBM implique, pour cette année, la mise en œuvre de processeurs à 127 qubits. Il est question de franchir la barre des 1000 qubits à l’horizon 2023.

* Les restrictions Covid ont retardé l’inauguration. Et bouleversé le processus d’assemblage, qui a dû se faire à distance.

À consulter en complément : France-Allemagne, compétition ou collaboration dans l’informatique quantique ?

Illustration principale © FLY:D – Unsplash

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago