Pour gérer vos consentements :

QlikTech déporte la Business Intelligence vers le cloud

Avec le concours de l’intégrateur Ysance, l’éditeur suédois QlikTech, implanté en France depuis 2007, déporte sa solution QlikView (Business Intelligence) en mode SaaS auto-hébergé, sur l’infrastructure d’Amazon Web Services et dans le cloud Microsoft Azure.

À charge du client de choisir la plate-forme qui lui sied le mieux. Si les primo-arrivants dans le cercle QlikView ont l’opportunité de souscrire cette formule indépendamment de l’offre actuelle, les nombreuses entreprises et organisations déjà utilisatrices (3M, le ministère de l’Écologie, le centre hospitalier de Dunkerque, etc.) peuvent prétendre migrer sur simple demande. Le déploiement s’effectue en 48 heures avec un accompagnement technique et quelques mots d’ordre : l’évolutivité (espace disque alloué selon les besoins), la sécurité (redondance des données et cryptage AES appliqué à l’ensemble des transferts), l’administration centralisée via une console dédiée et la compatibilité avec les applications métier (CRM, ERP, tableur), grâce à des connecteurs de type Salesforce.com ou Informatica.

C’est l’histoire d’un cloud

QlikTech revendique plus de 22 000 clients à travers le monde. Son écosystème QlikView n’en est plus à ses balbutiements. En 2009 déjà, les prémices d’une arrivée sur le cloud Amazon EC2 avaient laissé la part belle à une version monoposte gratuite, dénommée Personal Edition et réservée à un usage strictement personnel. Venu l’heure d’adopter un tournant réellement collaboratif, des applications mobiles ont vu le jour, redessinées pour s’adapter aux écrans tactiles et articulées autour du HTML5 pour une interactivité renforcée entre les différents postes de travail.

L’accent a également été mis sur l’analyse en temps réel, avec des outils dédiés permettant notamment la restitution graphique, en treillis, box plots et lignes de variations sur la base d’informations agrégées depuis des logiciels de CRM / ERP ou des bases de données SQL. Le tout « jusqu’à 10 fois plus rapidement qu’avec Excel », au dire d’Anthony Deigton, directeur du marketing chez QlikTech. La licence unique revient à 1350 dollars pour un utilisateur. Côté serveur, l’édition Small Business (jusqu’à 25 comptes liés) s’affiche à 8400 dollars. Sans quotas, la version Enterprise coûte 35 000 dollars. Nombre d’add-ons sont disponibles, comme QlikView Publisher (composante de management à 21 000 dollars par instance) ou un connecteur SAP à 22 500 dollars.

Crédit image : © Logostylish – Fotolia.com

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago