Pour gérer vos consentements :

Rackspace présente son premier serveur OpenPower

Rackspace a travaillé dans le plus grand secret à la mise au point d’un serveur adapté spécifiquement au monde du Cloud, mettant en œuvre les dernières approches en la matière. D’un format ouvert (Open Compute), le serveur Barreleye est de l’engeance OpenPower et met l’accent sur des technologies Open Source, comme le firmware OpenPower, le noyau Linux et la pile Cloud OpenStack.

Les premières photos de ce serveur ne laissent que peu de doutes quant à ses capacités. Dans un format 2U, Rackspace a réussi à installer deux puces Power8, comprenant 8, 10 ou 12 cœurs chacune, soit une configuration maximale comprenant 24 cœurs physiques, pour 192 threads.

Côté fréquence de fonctionnement, la société évoque 3,1 GHz à 3,7 GHz suivant le processeur choisi (la fréquence chutant avec l’augmentation du nombre de cœurs), et un mode turbo allant de 3,6 GHz à 4,1 GHz.

Huit composants Centaur sont présents. Il sera donc possible d’installer 1 To de RAM DDR ECC via 32 slots, chaque groupe de 4 barrettes étant piloté par un Centaur, pourvu de 16 Mo de mémoire cache. La bande passante du système mémoire est estimée à 200 Go/s, explique Rasckspace. Côté stockage de premier niveau, le serveur Barreleye peut accueillir une quinzaine de SSD. Une première couche très efficace, en frontal d’une solution de stockage réseau.

OpenPower devient vraiment Open ?

Notez que Rackspace indique utiliser des composants Turismo OpenPower, qui ne semblent pas estampillés IBM. La première incarnation d’une puce Power non IBM ? Sachant que Samsung est de la partie dans la création de cette machine (aux côtés d’Avagao, IBM, Mellanox et PMC), il est possible que le processeur OpenPower 10 cœurs présenté ici ne soit pas officiellement fabriqué par IBM.

Petit à petit, l’offre serveur lancée par IBM commence donc à gagner son indépendance. À terme, rappelons que cette plate-forme sera entièrement non propriétaire. Les constructeurs pourront librement créer leurs serveurs OpenPower, en s’appuyant sur une pile logicielle libre (Bios, OS, hyperviseur) et en ayant même le libre choix du concepteur de la puce Power utilisée.

Un mouvement plus net vers l’Open Hardware que celui pris par les PC, plate-forme non-propriétaire dont l’ouverture ne concerne ni la stack logicielle, ni le processeur.

À lire aussi :
Quiz Silicon.fr – 10 questions pour tout savoir sur l’initiative OpenPower
Le mouvement OpenPower fête ses deux ans… en toute discrétion
IBM, Nvidia et Mellanox ouvrent un centre OpenPower en France

Recent Posts

Qui utilise (vraiment) les outils low code et no code ?

Près de 5 développeurs sur 10 utilisent des outils low / no code. Mais pour…

5 heures ago

DevSecOps : Snyk nomme Adi Sharabani CTO

Snyk a recruté Adi Sharabani au poste de chief technology officer. Il encadre l'évolution technique…

5 heures ago

JavaScript : Meta bascule Jest en open source

Meta a officiellement transféré Jest, son framework de test, à la Fondation OpenJS. Celle-ci s’engage…

7 heures ago

Avec Viva Goals, Microsoft rassemble les collaborateurs autour des objectifs business

Microsoft continue d’étoffer sa plateforme Viva, dédiée à l’expérience collaborateur, en lançant Viva Goals, un…

7 heures ago

Développeurs : Google Cloud pousse Assured OSS

Google Cloud va distribuer un catalogue de bibliothèques logicielles open source approuvées par ses soins.…

10 heures ago

Informatique quantique : BMW renforce sa collaboration avec Pasqal

Le groupe BMW et la start up Pasqal étendent leur collaboration pour concevoir des pièces…

12 heures ago