Pour gérer vos consentements :

Visioconférence : qui sont les principaux fournisseurs ?

Qui a dit hybride ? Difficile de passer, dans le Magic Quadrant de la visioconférence, à côté du mot-clé. Et des tendances associées, qui se reflètent dans les observations de Gartner. La notion d’entreprise « composable » en est l’un des emblèmes. Elle dénote la modularisation des offres en matière de canaux et de points de contact des utilisateurs finaux.

Plus que de visio, il est question de « solutions de réunion ». C’est-à-dire, pour reprendre la définition du cabinet américain, les « outils collaboratifs qui permettent l’interaction entre participants pour le travail en équipe au quotidien, les présentations, l’éducation et les webinaires ».

Que peut-on attendre de tels outils ? Les critères d’inclusion au Quadrant donnent une idée. Sur la dimension fonctionnelle, ont été pris en compte les aspects suivants :

– Chat (y compris de groupe), VoIP, vidéo (au moins 100 participants), présentation, partage d’écran, tableau blanc, webinaires (au moins 1000 participants)

– Prise en charge des navigateurs et des appareils mobiles

Reporting et sécurité de base (chiffrement au repos et en transit, protection des réunions par mot de passe et listage des participants avec options de blocage/rejet/sourdine)

Il y avait également des critères business. En l’occurrence :

– Avoir dégagé, lors du dernier exercice fiscal, au moins 80 % de son revenu sur ce segment à partir de ses propres solutions

– Tirer au moins 30 % de ce revenu de la vente de logiciels

– Réaliser du chiffre dans au moins cinq des régions géographiques suivantes : Amérique du Nord, Amérique latine, Royaume-Uni, Europe de l’Ouest, Europe de l’Est, Chine, Japon, Inde et Asie-Pacifique.

Trois typologies d’offreurs

Le positionnement des fournisseurs dans le « carré magique » repose sur deux axes : « vision » et « exécution ». En fonction de celui auquel on donne la priorité, la hiérarchie varie. Aussi, le tableau qui suit n’est pas à prendre comme un classement. Il reprend toutefois l’ordre dans lequel sont placées les quatre typologies d’offreurs : « leaders », « challengers », « visionnaires » et « acteurs de niche ».

Fournisseur Date de création Siège social
1 Zoom 2011 États-Unis
2 Cisco 1984 États-Unis
3 Microsoft 1975 États-Unis
4 GoTo (LogMeIn) 2004 (2003) États-Unis
5 Google 1998 États-Unis
6 Pexip 2012 Norvège
7 Huawei 1987 Chine
8 BlueJeans by Verizon 2009 États-Unis
9 Kaltura 2006 États-Unis
10 StarLeaf 2008 Royaume-Uni
11 Avaya 2000 États-Unis
12 Adobe 1982 États-Unis
13 Quanshi (G-NET) 2000 Chine
14 TrueConf 2003 Russie
15 Lifesize 2003 États-Unis

Trois typologies de fournisseurs se distinguent. Premièrement, ceux qui commercialisent logiciel et matériel (Avaya, Cisco, Huawei, Lifesize, Quanshi, StarLeaf, TrueConf). Deuxièmement, ceux qui ne vendent que le service (BlueJeans, GoTo, Kaltura, Pexip, Zoom). Troisièmement, les éditeurs au portefeuille plus large (Adobe, Google, Microsoft).

Où se situe la marge de progression pour ces fournisseurs ? En particulier sur la composante tableau blanc, rarement absente, mais souvent limitée (GoTo, Huawei, Pexip, StarLeaf…). Il y en a aussi sur la transcription et la traduction des réunions, ainsi que la conservation des « moments importants ».

Photo d’illustration © Blue Planet Studio – Adobe Stock

Recent Posts

Cloud : 4 points à retenir du rapport Aryaka

Adoption cloud, espace de travail hybride, convergence réseau et cybersécurité… La migration monte en puissance.

4 heures ago

Automatisation et emploi : pourquoi l’Europe peut mieux faire

Impactés par l'automatisation, 12 millions d'emplois seraient détruits dans 5 pays d'Europe, d'ici 2040. La…

10 heures ago

Green IT : 10 chiffres sur l’empreinte écologique

L'ADEME et l'Arcep ont remis au Gouvernement leur rapport sur l'empreinte environnementale du numérique en…

10 heures ago

Cisco : 4 certifications qui rapportent

Dans les technologies et les réseaux, une expertise certifiée peut faire la différence. Les certifications…

1 jour ago

WeTransfer vers une valorisation de 716 millions €

Le service de transfert et de stockage de fichiers WeTransfer sera évalué entre 629 et…

1 jour ago

Threat intelligence : VirusTotal tente de valoriser les IoC

VirusTotal (plate-forme de renseignement sur les menaces) a récemment introduit le principe des « collections…

1 jour ago