Pour gérer vos consentements :

Data et analytique : pour quel retour sur investissement ?

Les entreprises sont plus nombreuses à investir activement l’exploitation stratégique des données. Mais des freins persistent. C’est ce qui ressort d’une récente étude* du cabinet EY.

1668 dirigeants de grandes entreprises ont été interrogés en fin d’année 2021 sur leurs priorités en matière d’investissements technologiques dans les 24 mois à venir.

Nombre d’entre eux (53%) ont indiqué privilégier les technologies de traitement et d’analyse avancée de données. Un taux en hausse de 18 points par rapport à 2020.

En outre, les technologies « data & analytics » forment l’une des briques du socle technique de transformation des organisations. Viennent ensuite : les services cloud (pour 49% du panel), l’internet des objets (42%), l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine (35%).

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Malgré les attentes fortes dans ce domaine, il existe des freins à la mise en oeuvre effective d’une transformation portée par une stratégie « data-centric ». Toutes les entreprises ou preque font face à des obstacles de taille pour exécuter et mener à bien leurs projets.

Les coûts jugés élevés des technologies d’infrastructure (35%) sont les plus souvent cités. Les exigences complexes de sécurité et de confidentialité (27%) suivent. Elles devancent les difficultés d’intégration de systèmes multiples et d’intégration avec l’existant (25%).

L’augmentation du volume de données à traiter, le besoin d’une puissance de calcul plus élevée et un engagement accru envers les fournisseurs de services cloud jouent également.

Le déficit de compétences internes est un autre défi à relever, souligne le cabinet international d’audit et de conseil. Toutefois, par le biais de l’externalisation, de formations internes ou encore de l’ouverture des recrutements à de nouveaux profils, certaines entreprises parviennent à surpasser ces difficultés.

Pour quel résultat ?

Dans une stratégie centrée sur les données, EY (anciennement Ernst & Young) qualifie de « dépassement des attentes » une utilisation étendue des mégadonnées et du partage d’informations issues de leur analyse à l’échelle de l’entreprise et de ses filiales .

Or, les organisations dont les projets technologiques dans ce domaine « dépassent les attentes » prévoient une croissance annuelle moyenne de leurs revenus de 5,7%. Soit 1,7 point de plus que celles dont les projets en la matière ne surpasseraient pas l’objectif.

*Cette étude semestrielle « Tech Horizon » de EY a été finalisée au 4e trimestre 2021. Elle fait partie de la série de contenus « CIO Imperative » à l’attention des directions des systèmes d’information (DSI).

(crédit photo © Shutterstock)

Recent Posts

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

2 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

7 heures ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

24 heures ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

24 heures ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

1 jour ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

1 jour ago