Pour gérer vos consentements :

NUVIA : acquisition cruciale pour Qualcomm dans le datacenter ?

Quelle stratégie pour Qualcomm dans le datacenter ? La question se pose d’autant plus que le groupe américain projette d’acquérir une entreprise qui vise ce marché.

Cette entreprise, c’est NUVIA. À défaut d’une offre commerciale, elle se distingue par son équipe fondatrice, composée de vétérans de l’industrie des semi-conducteurs :

  • Gerard Williams, ancien d’Intel, de TI et d’Arm
  • Manu Gulati, passé par AMD, Broadcom et Google
  • John Bruno, qui a lui aussi travaillé chez Google en plus, entre autres, d’ATI

Les trois hommes ont surtout un ancien employeur en commun : Apple. Gulati y exerça entre 2009 et 2017 ; Bruno, entre 2012 et 2017 ; Williams, entre 2010 et 2019. À divers niveaux, ils ont contribué à la conception des processeurs mobiles de la firme.

En lançant NUVIA, ils ont porté leur ambition vers les serveurs. Leur arme : un SoC Orion basé sur des cœurs Phoenix exploitant partiellement l’architecture Arm. Leur argument : la performance par watt (illustration ci-dessous avec un benchmark publié en juillet 2020). Une approche qui leur a valu de lever près de 300 millions de dollars en deux tours de table. Avec, parmi les investisseurs, Dell Technologies Capital.

NUVIA : le nouveau Centriq ?

Quel avenir pour NUVIA ? Qualcomm évoque les appareils mobiles, les ordinateurs portables, l’automobile (systèmes d’aide à la conduite), la réalité virtuelle ou encore les infrastructures réseau. Mais se garde de mentionner le datacenter.

En la matière, son porte-drapeau fut, jusqu’en 2018, la marque Centric. En fin de parcours, les CPU qu’elle réunissait offraient jusqu’à 64 cœurs Armv8. Car fin de parcours il y eut. Avec des produits annulés, des investissements réduits et des centaines de postes supprimés.

Qualcomm a depuis lors pivoté vers une logique « IA de bout en bout ». Elle s’est traduite par l’association des SoC Snapdragon, des modems 5G et des cartes accélératrices Cloud AI 100, destinées aux tâches d’inférence. Leur commercialisation à grande échelle doit démarrer d’ici à la mi-juin.

Illustration principale © WavebreakMediaMicro – stock.adobe.com

Recent Posts

Ces 15 certifications IT qui rapportent

Les certifications cloud et cybersécurité sont celles pour lesquelles les recruteurs sont prêts à payer…

1 heure ago

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

6 heures ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

7 heures ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

9 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

10 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

1 jour ago