Pour gérer vos consentements :
Categories: CloudPAAS

Azure Spring Cloud : Microsoft et VMware poussent les microservices Java

Le PaaS Azure Spring Cloud aura passé un peu moins d’un an en préversion.

Microsoft et VMware assurent conjointement l’ingénierie et l’exploitation du service. Ils viennent d’en annoncer la disponibilité générale, dans 10 régions Azure dont l’Europe de l’Ouest et l’Europe du Nord.

Leur promesse : une offre managée qui facilite le déploiement en cloud des applications Java développées avec Spring. Ou plus exactement avec un framework dérivé voulu plus simple à l’usage : Spring Boot.

Pour implémenter les patterns spécifiques aux systèmes distribués, le middleware Spring Cloud a été mis en place. Il inclut notamment un registre de services, un équilibreur de charge côté client et des circuit breakers.

Azure Spring Cloud en est une distribution managée. Axée sur les applications architecturées en microservices, elle repose sur le service d’orchestration de conteneurs Azure Kubernetes Services. Et se nourrit de kpack, bibliothèque de contrôleurs Kubernetes destinée à automatiser la création et la mise à jour d’images de conteneurs.

L’autoscale, mais en preview

Microsoft propose un portefeuille de connecteurs à intégrer dans les applications Java pour faire la jonction avec des services Azure. Parmi eux, Cosmo DB (base de données), Event Hubs (monitoring) et Azure Key Vault (gestion de secrets).

Azure Spring Cloud embarque une fonctionnalité de mise à l’échelle automatique, qui reste toutefois en préversion. Même chose pour l’option « Managed Virtual Network », qui permet l’utilisation du PaaS en environnement privé.

La tarification se fait sur deux niveaux :

  • Basic (sans SLA, avec un maximum de 25 instances d’applications ; recommandé en dev/test)
  • Standard (avec SLA à 99,9 % et un maximum de 500 instances d’applications)

Chaque instance d’application inclut des capacités mémoire et processeur. En l’occurrence, 10 Go et 5 vCPU en Basic, 32 Go et 16 vCPU en Standard. Lorsqu’on dépasse l’une ou l’autre, on est facturé en « utilisation supplémentaire » (Go/h et vCPU/h).

Illustration principale © Macrovector – shutterstock.com

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago