Pour gérer vos consentements :

Project Thunder : Blockchain met en Open Source son réseau P2P

Les transactions en bitcoins doivent-elles impérativement faire l’objet d’enregistrements individuels sur la blockchain ? La problématique est au cœur du projet Thunder, du nom de ce « réseau alternatif » précisément positionné comme un complément au registre décentralisé qu’est la « chaîne de blocs ».

La société Blockchain est à l’origine de cette implémentation du protocole P2P lightning.network, dédié au paiement électronique. Dans la pratique, le Thunder Network doit permettre de créer des « réseaux de confiance » dont les nœuds peuvent réaliser des transactions comme s’ils se trouvaient sur la blockchain, mais à moindres frais… et beaucoup plus rapidement.

Il est question d’une capacité de plusieurs millions, voire plusieurs milliards d’opérations par seconde, quand il faut, en l’état actuel, une bonne dizaine de minutes pour valider une transaction sur la blockchain de Bitcoin*. Une vitesse liée à l’utilisation des « smart contracts » : les nœuds n’ont pas systématiquement besoin d’être avertis de l’ensemble des transferts de valeur réalisés sur le réseau.

Un réseau interopérable

L’intérêt du Thunder Network, c’est son interopérabilité avec la blockchain de Bitcoin : à tout moment, on peut fermer un canal de paiement et enregistrer, sur ladite blockchain, l’ensemble des transactions effectuées. Le tout en une seule fois, avec des frais réduits d’autant.

Ayant reversé le code en Open Source, Blockchain précise qu’il ne s’agit que d’une version alpha à laquelle il n’est, entre autres, pas encore possible de greffer des porte-monnaie Bitcoin. L’équipe du projet dédié à la crypto-monnaie devra d’abord y intégrer quelques fonctionnalités ; ce qui pourrait prendre un an, d’après les intéressés.

Il faudra également porter Thunder dans d’autres langages pour assurer sa compatibilité avec un maximum de systèmes, précise ITespresso.fr.

* À titre comparatif, Visa annonce, dans un « fact sheet » de juin 2015, une capacité de 56 000 transactions par seconde. La blockchain de Bitcoin devra, selon les estimations, en être à tout juste plus d’une transaction par seconde cette année.

A lire aussi :

IoT, Blockchain et Devops, Deloitte décline le hype IT pour les DSI
Acteurs IT et de la finance misent sur une Blockchain Open Source

Crédit Photo : max sattana-Shuttestock

Recent Posts

DMA, DSA : une régulation à la hauteur des « Big Tech » ?

Le Parlement européen a définitivement adopté le DMA et le DSA ce 5 juillet. Des…

4 heures ago

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

20 heures ago

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

21 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

1 jour ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

2 jours ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

2 jours ago