Pour gérer vos consentements :
Categories: OSPoste de travail

Ubuntu 14.10 fait la part belle aux développeurs

Pour fêter son dixième anniversaire (Ubuntu 1.0 vit le jour le 20 octobre 2004), la distribution Linux vient de faire son toilettage semestriel avec la version 14.10. Autrement appelée Utopic Unicorn. Canonical explique dans un communiqué que cette itération apporte son lot de correctifs pour rendre l’OS encore plus stable et toujours aussi facile à installer. Pour autant, l’éditeur se focalise sur les développeurs en intégrant pour la première fois un centre d’outils de développement (Developer Tools Centre). Cet espace doit centraliser les différents toolkit Android et les dépendances, les intégrer avec le lanceur au sein d’une même commande. L’objectif est donc de faciliter le travail des développeurs. Canonical indique que la première plateforme supportée sera Android, mais que d’autres comme Go et Dart seront bientôt intégrées.

Des mises à jour et des supports étendus

Parmi les innovations supplémentaires, Ubuntu 14.10 met à jour plusieurs applications embarquées. Ainsi, LibreOffice, Firefox, Chromium et Rhythmbox évoluent dans leurs dernières versions. L’OS se met à la page Netflix avec la capacité à regarder le service de VoD avec Chrome. Pour la partie entreprise, on notera la mise à jour de Docker en 1.2 et d’OpenStack avec la version Juno. Un effort a été mené sur les imprimantes et leur reconnaissance automatique (en réseau ou via USB) avec la prise en charge de la dernière mouture du standard IPP Everywhere. Toujours sur la partie hardware, la distribution offre un meilleur support aux environnements Power8 et ARM 64 bits, mais également aux dernières puces Intel (Haswell, Broadwell, Merrifield et la puce à venir Cherryview). L’aspect graphique n’est pas oublié avec le support des architectures Nvidia et AMD.

Vivid Vervet en préparation

En dehors de la publication d’Ubuntu 14.10, Canonical a évoqué en début de semaine la feuille de route des prochaines versions de la distribution Linux. Il est de coutume que le fondateur Mark Shuttleworth choisisse le nom de code de la prochaine mouture (15.04) et le fondateur n’a pas dérogé à la règle en dévoilant Vivid Vervet. Il s’agit d’un petit singe, qui a la particularité d’avoir le scrotum bleu. Par contre, aucun autre élément technique n’a été donné sur ce cru 15.04, Mark Shuttleworth indiquant simplement l’intérêt de la plateforme pour l’Internet des objets. « Actuellement tous les appareils électroniques peuvent devenir des objets connectés, c’est l’occasion pour nous d’apporter notre plate-forme », souligne le responsable.

A lire aussi :
Ubuntu s’apprête à débarquer sur les téléphones mobiles
Docker, OpenStack : Ubuntu marche sur les traces de Red Hat

Recent Posts

Violation de données : une hausse record des coûts

Les coûts liés aux violations de données ont atteint un niveau record entre mai 2020…

17 heures ago

Règlement IA : les GAFAM haussent le ton

L'ITIF, lobby de référence de la tech américaine, livre une estimation de ce que le…

20 heures ago

Windows Server : fin du canal semi-annuel

Les prochaines éditions de Windows Server auront un seul canal stable : le LTSC, avec…

23 heures ago

Pradeo : « Pegasus rend le cyber-espionnage plus accessible »

Les logiciels espions comme Pegasus devraient faire l'objet d'une stricte réglementation, selon Clément Saad, président…

2 jours ago

Google Cloud : vers des API plus stables ?

Critiqué pour la gestion du cycle de vie de ses API, Google Cloud prend des…

2 jours ago

Malwares : les codeurs surveillent leur langage

BlackBerry attire l'attention sur ce qui pousse les concepteurs de malwares à basculer entre langages…

2 jours ago