Pour gérer vos consentements :
Categories: Événements

{ MANAGER IT 2021 } – Jean-Séverin Lair, Mission Service Public

C’est un grand commis de l’Etat, version technophile. Un fort en thème – maths et sciences – qui réussit à concilier sa passion de l’informatique et son envie de développer une carrière à coup de missions de service public à accomplir.

La formation est exécutée avec brio : des classes prépas qui ouvrent la voie de Polytechnique puis de Télécoms Paris.  Après un service militaire – il est officier – consacré notamment à programmer sur une (très rare) machine Pixar dédiée à la conception graphique, le saut dans le grand bain professionnel se fera chez Certnomis, une startup propriété de Sagem et de la Poste.
Aux prémices du développement de l’Internet, juste avant le passage de l’an 2000, Jean-Séverin Lair y passe quatre années à développer son expertise sur les PKI.

Mais pour cet abonné de la première heure au service en ligne AOL, le compte n’y est pas :
« j’avais besoin d’une mission de service public » dit-il.  Ça tombe bien, l’Etat lance la première étape du projet de numérisation des administrations. Direction l’ADAE – (Agence pour le Développement de l’Administration Electronique) comme chef de mission d’un programme qui va développer les services numériques pour les usagers.

Un chantier mené durant presque trois années avant de rejoindre, à la faveur d’un regroupement des deux structures, la Direction générale de la modernisation de l’Etat ( DGME) comme Adjoint Chef de Service du Développement de l’Administration Electronique pour une durée à peine moins longue.

C’est alors que se présente l’opportunité de prendre la DSI du ministère de la Culture et de la Communication. Il y reste six ans avant de partir diriger le programme interministériel Vitam, un ambitieux projet d’archivage électronique, au sein de la Direction Interministérielle du numérique (DINUM), puis le programme Tech.Gouv.

En rejoignant l’INSEE, en novembre 2020, Jean-Séverin Lair revient à l’opérationnel dans une « maison » à la culture IT éprouvée et fortement imprégnée par l’open source.
Après l’adoption des méthodes agiles dès 2010, le temple de la statistique envisage de passer à l’étape suivante : « l’agilité casse le mur d’incompréhension entre les métiers et les développeurs mais il reste un deuxième mur à faire tomber, celui qui sépare les équipes agiles métiers/développeurs et les exploitants. C’est ainsi que l’on peut atteindre la meilleure continuité et la meilleure efficacité globale. En 2021, nous sommes en phase de réflexion et de préparation pour que tout le monde pense DevOps » précise-t-il.

Du 6 septembre au 8 octobre 2021, votez pour la personnalité  IT dont les réalisations vous ont le plus marqué ICI

Lire aussi les portraits des autres personnalités :

Recent Posts

Arm-NVIDIA : de la Chine aux USA, les barrières se dressent

Aux États-Unis, un nouvel obstacle se dresse face au projet de fusion Arm-NVIDIA. Quelles autres…

2 jours ago

Géolocalisation en entreprise : un suivi proportionné ?

Utilisés dans le cadre professionnel, smartphones et véhicules peuvent être géolocalisés par l'employeur. Qu'en pensent…

2 jours ago

Salesforce : avec Bret Taylor, Marc Benioff prépare sa succession

Promu co-CEO, Bret Taylor pilote avec Marc Benioff le prochain chapitre de Salesforce. Leurs mots…

2 jours ago

Data et cybersécurité : les métiers les plus mouvants du SI ?

Les métiers de la data et de la cybersécurité concentrent une part importante des évolutions…

2 jours ago

Teams Essentials : une réponse à la Commission européenne ?

Microsoft dégaine une offre qui permet d'accéder à Teams indépendamment de sa suite bureautique cloud.…

2 jours ago

« Convergences numériques 2022 » : le Cigref, Numeum et d’autres interpellent les présidentiables

Cigref, Numeum, Cinov, Afnum... L'industrie numérique française sert les rangs pour peser sur les programmes…

3 jours ago