Régulations

Green eMotion : IBM promeut l’électromobilité en Europe

IBM Green eMotion électromobilité
2 2 Donnez votre avis

IBM, qui compte parmi la quarantaine de partenaires du projet européen d’électromobilité Green eMotion, veut simplifier la recharge et le paiement pour véhicules électriques.

Dans le cadre du projet européen d’électromobilité Green eMotion, dont IBM est l’un des 43 partenaires, la multinationale fait la démonstration d’une plateforme visant à simplifier la recharge pour véhicules électriques.

IBM, maître d’oeuvre IT

L’initiative nommée B2B Marketplace consiste à permettre aux fournisseurs d’énergie, constructeurs automobiles et propriétaires de points de recharge d’intégrer leurs services sur une unique plateforme IT. Ainsi, différents opérateurs électriques et stations de recharge sont reliés par le biais d’un réseau de communication.

« Cette initiative ouvre la voie à un marché grand public de la mobilité électrique en Europe (à travers) un accès ouvert aux points de recharge », a souligné dans un communiqué Heike Barlag, coordonnatrice du projet Green eMotion et chef de projet chez Siemens Energy.

Il s’agirait donc d’offir aux utilisateurs la possibilité de recharger leurs véhicules électriques quelle que soit leur localisation dans l’Union européenne… Pour IBM, c’est l’occasion de réaffirmer son engagement pour l’innovation et le Green IT.

Le projet Green eMotion en bref

Lancé le 31 mars 2011 dans le cadre de l’initiative européenne voiture verte (EGCI), le projet Green eMotion vise à préparer sur quatre ans le déploiement à grande échelle de véhicules électriques et de plateformes associées.

Le projet s’inscrit plus largement dans le plan de relance européen, dont un des objectifs consiste à réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de 60 % d’ici 2050.

Le budget de Green eMotion est estimé à 42 millions d’euros, dont 24 millions financés par la Commission européenne.

La standardisation est un élément clé du projet. « Les concepts locaux créés jusqu’ici ont permis de rassembler des expériences dans des régions test spécifiques. Ils sont désormais réunis en un test à l’échelle européenne », a expliqué Heike Barlag. Avant d’ajouter que « cela demande des normes pour l’infrastructure, la mise en réseau et l’IT ».


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – IBM le doyen de l’industrie IT.