Sécurité

DOSSIER: Les navigateurs Web de nouvelle génération au banc d’essai !

0 0

Ce test exclusif compare l’ensemble des nouveaux navigateurs web du marché : Internet Explorer 8, Firefox 3.5, Safari 4.0.2, Chrome 2.0 et Opera 10. Test exclusif sur cinq pages

La cuvée 2009 des navigateurs web est maintenant accessible, et ce, aussi bien chez Microsoft et Mozilla que chez Apple, Google et Opera. En fait, seule la mouture définitive d’Opera 10 manque encore à l’appel.

Voilà donc le moment propice pour effectuer un test in extenso de ces nouveaux produits. Nous avons mis sur le grill Internet Explorer 8, Firefox 3.5, Safari 4.0.2, Chrome 2.0 et la dernière version en date d’Opera 10.

La machine de test est un ordinateur pourvu d’un processeur Intel Core 2 Duo T8300 cadencé à 2,4 GHz, épaulé par 3 Go de mémoire vive. Le tout fonctionne sous Windows Vista SP2. Nous avons limité l’utilisation des greffons au seul composant Flash (10.0.22.87).

Nous avons rencontré de multiples bogues avec Internet Explorer 8. Ce dernier casse certaines parties de notre OS (pourtant fraichement installé). Une situation inacceptable. Pour le reste, les performances de ce navigateur sont dans la moyenne… des logiciels de 2008. Son moteur de rendu HTML est véloce, contrairement au calamiteux interpréteur JavaScript. Bon point pour Microsoft, certaines fonctionnalités d’Internet Explorer 8 sont uniques en leur genre et permettent réellement d’augmenter la productivité de l’internaute.

Firefox 3.5 est une demi-déception. Quelques problèmes de stabilité et des microblocages agaçants lors de l’exécution du code JavaScript gâchent le plaisir. Cela serait pardonnable si ce logiciel proposait une vitesse de traitement identique à celle de Safari ou de Chrome. Malheureusement, nos tests vont montrer que le navigateur de la fondation Mozilla est loin du compte dans ce domaine. Reste que Firefox est le produit le mieux pensé de notre sélection. De plus, ses fonctionnalités sont extensibles à l’infini par le biais des modules complémentaires. Une valeur sure.

Avec Safari 4.0.2, Apple entend proposer le navigateur web le plus fonctionnel et le plus rapide du marché. Sur ce dernier point, nous allons découvrir que la firme a tout à fait raison. Un bémol toutefois : lors du rendu de multiples onglets, et lorsque Flash est massivement utilisé, le processeur est fortement chargé. Aucun des autres navigateurs de ce test n’a rencontré un tel problème (du moins, pas aussi prononcé). À l’opposé, Chrome propose des réglages internes qui frisent la perfection dans ce domaine. Notez que Safari est très fonctionnel et adopte la meilleure stratégie de rendu des pages web.

Chrome 2.0 prend le contrepied d’Opera. Ce produit minimaliste se concentre sur les applications web. Un peu plus lent que Safari, il a le mérite de mieux distribuer les ressources entre les tâches de rendu HTML, d’exécution du code JavaScript et d’utilisation des greffons. Nous sentons là que le travail des équipes de Google commence à donner des résultats. Il en faudra cependant plus pour convaincre les utilisateurs de Firefox, habitués aux modules complémentaires. Attention cependant, car la firme met au point une technologie concurrente.