Press release

Moody’s est en passe d’acquérir Cortera, un leader des données et des informations de crédit

0
Sponsorisé par businesswire

Moody’s Corporation (NYSE : MCO) a annoncé aujourd’hui avoir conclu un accord définitif en vue d’acquérir Cortera, un important fournisseur nord-américain de solutions de flux de travail et de données de crédit. Cette acquisition renforce les capacités d’évaluation intégrée du risque de Moody’s et étend considérablement sa présence dans le segment des petites et moyennes entreprises (PME).

Cortera gère l’une des plus vastes bases de données d’informations de crédit, comportant des données et des analyses relatives à plus de 36 millions de sociétés. Cortera collecte des données à partir de milliers de sources, qu’elle optimise ensuite grâce à l’intelligence artificielle. La société fournit des services d’analyse, de rapport et de surveillance afin d’aider les entreprises à prendre des décisions en toute connaissance de cause quant à leurs contreparties.

« Cortera joue un rôle important en aidant les entreprises à mieux se comprendre », a déclaré Stephen Tulenko, président de Moody’s Analytics. « Nos clients pourront exploiter la mine d’informations de Cortera concernant les petites entreprises et utiliser les outils analytiques exclusifs de Moody’s afin de prendre de meilleures décisions. »

L’acquisition de Cortera permettra à Moody’s de compléter Orbis, sa vaste base de données regroupant des informations sur les entreprises privées, et d’optimiser ses solutions de connaissance des clients, de prêts commerciaux et de chaîne d’approvisionnement.

« L’association des capacités de Moody’s et des données et analyses fiables de Cortera sur les entreprises privées américaines permettra aux clients de bénéficier d’informations plus approfondies », a affirmé Jim Swift, PDG de Cortera. « Cet accord va élargir considérablement notre portée et nos capacités tout en nous donnant la possibilité de répondre aux besoins en constante évolution des clients. »

L’acquisition devrait être clôturée au premier trimestre 2021, sous réserve du respect des conditions de clôture habituelles, dont l’expiration ou l’échéance de tout délai de carence applicable en vertu de l’Hart-Scott-Rodino Antitrust Improvements Act de 1976. Cortera sera intégrée à la division « Research, Data & Analytics » de Moody’s Analytics.

Paul Hastings LLP est intervenu à titre de conseiller juridique de Moody’s dans le cadre de la transaction. Le cabinet Raymond James & Associates est quant à lui intervenu à titre de conseiller financier de Cortera, alors que Morris, Manning & Martin, LLP a pris en charge le volet juridique pour le compte du fournisseur d’informations de crédit. L’acquisition sera financée grâce aux liquidités disponibles et ne devrait pas avoir d’effet notable sur les résultats financiers de Moody’s pour l’exercice 2021.

À PROPOS DE MOODY’S CORPORATION

Moody’s (NYSE : MCO) est une société mondiale d’évaluation des risques qui aide les organisations à prendre de meilleures décisions. Ses données, perspectives et solutions d’analyse aident les décideurs à identifier les opportunités et à gérer les risques inhérents aux activités commerciales impliquant d’autres parties. Nous pensons qu’une transparence accrue, des décisions plus éclairées et un accès équitable à l’information ouvrent la voie au progrès partagé. Comptant plus de 11 400 employés dans plus de 40 pays, Moody’s allie présence internationale, expertise locale et plus d’un siècle d’expérience sur les marchés financiers. Pour en savoir plus, veuillez vous rendre sur moodys.com/about.

DÉCLARATION DE LIMITATION DE RESPONSABILITÉ EN VERTU DU « PRIVATE SECURITIES LITIGATION REFORM ACT » DE 1995

Certaines déclarations du présent communiqué de presse constituent des énoncés prospectifs basés sur les futurs plans, attentes et perspectives relatifs à l’activité et aux opérations de Moody’s Corporation (la « Société »), qui comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes. Ces énoncés prospectifs peuvent notamment inclure les termes « croire », « espérer », « anticiper », « projeter », « planifier », « prévoir », « potentiel », « continuer », « stratégie », « aspirer », « cibler », « prévision », « projet », « estimer », des verbes au futur et au conditionnel, ainsi que des expressions et termes similaires et leurs variations qui expriment la nature prospective d’événements ou de résultats et permettent généralement d’identifier les énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs et autres informations figurant dans le présent communiqué de presse sont formulés à la date de celui-ci et la Société rejette toute obligation (et décline toute intention) de compléter, mettre à jour ou réviser publiquement ces énoncés sur une base prospective, que ce soit à la suite d’événements ultérieurs, de modifications des prévisions ou pour toute autre raison, sauf dans les cas où une loi ou un règlement applicable l’exigerait. Dans le cadre des dispositions de déclaration de limitation de responsabilité du Private Securities Litigation Reform Act de 1995, la Société identifie des exemples de facteurs, risques et incertitudes qui pourraient engendrer une différence, éventuellement substantielle, entre les résultats réels et ceux mentionnés dans ces énoncés prospectifs. Parmi ces facteurs, risques et incertitudes figurent, sans s’y limiter, l’impact de la COVID-19 sur l’instabilité des marchés financiers américains et internationaux, sur la conjoncture économique générale et la croissance du PIB aux États-Unis et dans le monde entier, ainsi que sur les opérations et le personnel de la Société. De nombreux autres facteurs sont susceptibles d’entraîner un écart sensible entre les résultats et les perspectives de Moody’s, y compris les perturbations du marché du crédit ou les récessions économiques, pouvant affecter le volume de la dette et d’autres titres émis sur les marchés des capitaux nationaux et/ou internationaux ; d’autres éléments susceptibles d’affecter le volume de la dette et d’autres titres émis sur les marchés des capitaux nationaux et/ou internationaux, dont les réglementations, les préoccupations liées à la qualité des crédits, les variations des taux d’intérêt et d’autres problèmes de volatilité sur les marchés financiers comme ceux liés à la sortie du Royaume-Uni de l’UE, et les incertitudes associées à la transition des sociétés en dehors du LIBOR ; le niveau d’activité des fusions et acquisitions aux États-Unis et dans d’autres pays ; l’efficacité incertaine et les conséquences collatérales possibles d’actions menées par les gouvernements américain et d’autres pays et influant sur les marchés du crédit, le commerce international et la politique économique, y compris celles liées aux droits de douane et barrières commerciales ; les inquiétudes quant à la possibilité que le marché porte atteinte à notre crédibilité ou de quelque manière que ce soit aux perceptions du marché vis-à-vis de l’intégrité ou de l’utilité des notations d’agences de crédit indépendantes ; le lancement de produits ou technologies concurrents par d’autres sociétés ; les pressions tarifaires émanant de concurrents et/ou de clients ; le niveau de réussite du développement de nouveaux produits et de l’expansion mondiale ; l’impact de la réglementation en tant que NRSRO (organisation de notation statistique reconnue au niveau national), la possibilité de nouvelles législations et réglementations aux États-Unis, que ce soit au niveau national, au niveau des États ou au niveau local, la possibilité d’une concurrence accrue et d’un durcissement de la réglementation dans l’UE et dans d’autres juridictions étrangères ; l’exposition à des litiges relatifs aux notations de Moody’s Investors Service, ainsi qu’à tout autre litige, toute poursuite, enquête ou investigation gouvernementale ou réglementaire dont la Société pourrait occasionnellement faire l’objet ; la législation américaine modifiant les normes de procédure et les réglementations de l’UE modifiant les normes de responsabilité applicables aux agences de notation de crédit d’une manière défavorable à celles-ci ; les dispositions des réglementations de l’UE imposant des exigences procédurales et de fond supplémentaires sur la tarification des services et l’expansion des attributions de surveillance en vue d’inclure des notations non-UE utilisées à des fins réglementaires ; le départ possible d’employés clés ; les défaillances ou dysfonctionnements de nos opérations et de notre infrastructure ; toute vulnérabilité aux cybermenaces ou autres problèmes de cybersécurité ; le résultat de toute évaluation des initiatives de la Société en matière de planification fiscale à l’international par diverses administrations fiscales ; l’exposition à des sanctions pénales ou poursuites civiles potentielles si la Société ne respecte pas les lois et réglementations américaines et étrangères applicables dans les juridictions où elle exerce des activités, y compris les lois sur la protection des données et de la vie privée, les lois imposant des sanctions, les lois anticorruption et les lois locales interdisant le versement de pots-de-vin à des fonctionnaires gouvernementaux ; l’impact des fusions, acquisitions et autres rapprochements de sociétés et la capacité de la Société à intégrer les entreprises rachetées avec succès ; la volatilité des devises et des taux de change ; le niveau des flux de trésorerie futurs ; les niveaux des dépenses d’investissement et une diminution de la demande en outils de gestion du risque de crédit de la part des institutions financières. Ces facteurs, risques et incertitudes, ainsi que d’autres risques et incertitudes susceptibles de provoquer un écart important entre les résultats réels de Moody’s et les résultats envisagés, exprimés, projetés, anticipés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs, sont, à l’heure actuelle, ou pourraient être amplifiés par l’épidémie de COVID-19, et sont décrits de façon plus détaillée dans les « Facteurs de risques » tels qu’énoncés dans la section I, article 1A, du rapport annuel de la Société sur le formulaire 10-K pour l’exercice clos le 31 décembre 2019, dans son rapport trimestriel sur le formulaire 10-Q pour le trimestre clos le 31 mars 2020, et dans d’autres documents déposés ponctuellement par la Société auprès de la SEC, ou dans d’autres documents qui y sont intégrés. Nous avertissons les actionnaires et investisseurs que la survenance de l’un de ces facteurs, risques ou de l’une de ces incertitudes pourrait engendrer un écart important entre les résultats réels de la Société et les résultats envisagés, exprimés, projetés, anticipés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs, ce qui pourrait avoir une incidence défavorable majeure sur les activités, les résultats d’exploitation et la situation financière de la Société. De nouveaux facteurs sont occasionnellement susceptibles d’apparaître et il est impossible pour la Société de les prévoir ou d’en évaluer les effets potentiels sur elle-même.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.