Blue Ocean : l’intégration continue Jenkins passe en mode graphique

DéveloppeursDSILogicielsMiddlewareOpen SourceProjets
kohsuke kawaguchi cloudbees
4 21 Donnez votre avis

Grâce au projet Blue Ocean, Jenkins devient plus simple d’usage, y compris pour les pipelines, qui le propulsent dans le secteur du continuous delivery.

En quelques années, la solution d’intégration continue Open Source Jenkins s’est taillé un succès important sur le marché. 1 million de personnes utilisent Jenkins chaque jour. Cet outil est déployé sur 136.000 installations, représentant un total de 464.000 serveurs.

Plus de 1300 personnes venant d’une trentaine de pays ont fait le déplacement pour participer à la sixième édition du Jenkins World, se déroulant cette semaine à Santa Clara, au cœur de la Silicon Valley. La présence de grandes sociétés comme sponsors (Microsoft, Red Hat, CA Technologies, Cisco, NetApp…) montre la pertinence de cette solution, mais aussi celle de CloudBees, spécialiste du monde Jenkins.

De l’intégration continue à la délivrance continue

Jenkins est en croissance constante chez l’ensemble des développeurs, mais aussi parmi ses utilisateurs, qui l’emploient de plus en plus régulièrement, explique le CTO de CloudBees, Kohsuke Kawaguchi, qui n’est autre que le créateur de Jenkins.

92 % des utilisateurs pensent que cette solution est adaptée aux tâches critiques. Dans 97 % des cas, Jenkins est utilisé pour compiler des logiciels, 90 % pour des opérations de test. Déploiements et autres tâches sont toutefois aussi cités. Chose d’autant plus vraie que les modules d’extension ne manquent pas à l’appel. Ainsi, plus de 1000 plug-ins sont référencés sur le projet Voltron. 1200 sont recensés à ce jour.

Le pari de cette solution est maintenant d’aller de la Continuous Integration (CI) vers la Continuous Delivery (CD). Jenkins 2 est le fer de lance de cette nouvelle tendance, avec le support des pipelines en standard. Une fonctionnalité qui permet de définir plus facilement les tâches de délivrance d’une solution. Une offre solide, efficace et très flexible.

Depuis son lancement en avril, Jenkins 2 est monté à près de 40 % de taux d’utilisation en août. Une adoption rapide, qui permettra donc de faciliter ce passage du CI vers le CD.

blue-ocean-jenkins

Blue Ocean : Jenkins plus abordable et plus puissant

Autre étape dans le développement de Jenkins, le projet Blue Ocean, qui propose une interface utilisateur entièrement revue et largement modernisée. Ceci permettra de faciliter l’adoption de cette offre, mais aussi de l’adapter au mouvement DevOps, alliant équipes métiers et techniques.

Seconde avancée apportée par le projet Blue Ocean, la possibilité de définir plus aisément des pipelines de continuous delivery. Ces derniers pourront en effet être construits en mode graphique via un éditeur intégré. Leur exécution sera par la suite contrôlée de façon visuelle, permettant ainsi de détecter rapidement quels points posent problème lors de l’exécution d’une opération.

Le projet Blue Ocean est aujourd’hui accessible en mouture 1.0 bêta. Une version disposant donc de 100 % des fonctionnalités attendues, mais qui n’est pas encore adaptée à des déploiements en production, en particulier en environnement critique.

À lire aussi :
Jenkins et Docker, le couple star des équipes DevOps ?
Les 3 grandes étapes de la mise en place du DevOps
Cloud et microservices au menu de JBoss EAP 7


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur