Serveurs Web : Microsoft IIS progresse, Apache recule

Régulations

Microsoft IIS pourrait dépasser Apache, selon Netcraft ; c’est déjà
fait sur les entreprises du Fortune 1000, selon Port80 Software

S’il est un domaine où Microsoft n’a pas encore établi sa domination, c’est celui des serveurs Web. Selon une étude du britannique Netcraft, la part de marché d’Apache, le serveur Web open source, serait de 48,4 % des sites actifs dans le monde, et celle de Microsoft de 36,2 %.

Mais avec ses serveurs Web Internet Information Services (IIS) versions 4, 5, 6 et 7, Microsoft ne cesse de progresser, tandis qu’Apache recule. Le serveur libre aurait d’ailleurs perdu 1 million de sites au cours de l’année écoulée !

Une autre étude, réalisée par Port80 Software sur les serveurs Web des entreprises du Fortune 1000, enfonce nettement le clou au profit de Micrososft. 55 % des sites ‘corporate‘ de ces entreprises seraient déployés sur Microsoft IIS, avec une forte progression annuelle de IIS 6 (+9,5 %), lequel aurait dépassé le duo IIS 5/Windows 2000. La part d’Apache ne serait que de 24,9 %.

Au rythme de pénétration de Microsoft, les serveurs Web IIS 7 devraient, selon Port80, dominer le monde du Web dès 2011.

D’où vient cette domination de Microsoft sur les serveurs des plus grandes entreprises de la planète et sa progression rapide sur l’ensemble du Web ?

Une autre étude de Port80 apporte un élément de réponse : sur les entreprises du Fortune 1000, les environnements et serveurs d’application ASP.NET ont progressé de 7,9 % depuis 2005, jusqu’à occuper 51,5 % des sites. Les plates-formes Java (J2EE, JSP, WebLogic, WebSphere et Tomcat), PHP et ColdFusion n’occupent plus que 24 % des déploiements.

L’utilisation de plus en plus forte d’ASP.NET dans les grandes entreprises vient donc soutenir la présence de Microsoft IIS sur leurs serveurs Web.

La progression de Microsoft se fait-elle au détriment de Linux, d’Apache et de l »open source’ ?

Ces deux études pourraient le laisser croire, mais ce n’est pas la réalité. C’est moins à Linux, dont la part de marché sur les serveurs selon IDC est de 12,7 %, qu’à Unix et aux mainframes IBM que Microsoft s’attaque, sa part de marché étant de 38,8 %.

Il faut également compter sur l’équipement en serveurs des pays émergents ? Chine, Inde et Brésil ? qui pour des raisons politiques et économiques s’équipent massivement en Linux. Il faudrait en outre prendre en compte, mais c’est moins connu, les chiffres du quatrième fabricant mondial de serveurs: Google. Ces statistiques sont discutables car elles ne le prennent pas en considération, alors que le moteur de recherche est le plus gros consommateur mondial de serveurs. Le fait est qu’il les fabrique lui-même?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur