La Silicon Valley est toujours un eldorado… pour certains

DéveloppeursProjets
3 3 Donnez votre avis

En 15 ans, la forte demande de compétences techniques et relationnelles (soft skills) a impacté le marché de l’emploi dans la Silicon Valley. Eldorado pour les développeurs, la région est devenue une impasse pour les cols bleus de l’IT.

Entre décembre 2000 et décembre 2015, l’industrie du logiciel est montée en puissance dans la Silicon Valley, alors que la production de matériel a perdu du terrain.

En 15 ans, il y a eu un « grand mouvement » du hardware (ordinateurs, semiconducteurs, périphériques) vers le software, les applications et les services Internet associés, a déclaré Christopher Thornberg, associé fondateur du cabinet Beacon Economics, dans un entretien accordé à Siliconvalley.com. Ce changement est particulièrement marqué dans la zone de San Francisco/San Mateo, avec l’ascension d’acteurs comme Salesforce.com, Uber, Twitter et Facebook.

Dans la Silicon Valley, la face « numérique » de l’IT a créé 93 500 postes en 15 ans, soit une hausse de 19 % sur la période. La production de matériel informatique, à l’inverse, a perdu presque 93 000 postes, soit une chute de 38,8 %. Malgré les destructions de postes industriels, les technologies de l’information restent le premier créateur d’emplois de la Silicon Valley. L’IT représente plus de 22 % de l’emploi local désormais, contre 23 % à la fin de l’année 2000.

Les salaires IT les plus élevés

Si d’autres travailleurs peinent à joindre les deux bouts dans la Silicon Valley, les professionnels de l’IT (ingénieurs, développeurs, data scientists…) bénéficient des rémunérations les plus élevées du marché. Par ailleurs d’autres secteurs, dont les hôtels, les restaurants et les établissements de santé qui ciblent les travailleurs IT les mieux rémunérés, ont augmenté leurs effectifs.

Steve Wozniak, qui a cofondé Apple il y a 40 ans, constate dans les colonnes de Mashable que les motivations de travailleurs IT de la Silicon Valley changent. Ils seraient plus soucieux de tirer profit de la création ou de la vente d’une start-up que ne l’étaient les créateurs d’Apple à leur début. L’argent est la priorité, plus que l’idée de créer quelque chose de différent qui puisse marquer les esprits.

Lire aussi :

La Silicon Valley reste l’eldorado salarial pour les informaticiens

Salesforce promeut l’égalité salariale dans la Silicon Valley

La DSI s’ouvre aux « soft skills » pour séduire les métiers

crédit photo © zimmytws / Shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur