Télégrammes : Faux départ pour le Note 7, l’Irlande fait appel, Zero-Day bouchés sur Mac, Gouvernance du Net menacée

ComposantsGouvernanceJuridiqueMacMobilitéOSOS mobilesPoste de travailRégulationsSmartphones
0 5 Donnez votre avis

A peine rentrés les bambins partent en week-end et il est temps de lire les télégrammes du soir.

  • Faux départ pour le Samsung Galaxy Note 7. Samsung a confirmé « temporairement reporter » le lancement du Galaxy Note 7. Il devait notamment sortir le 2 septembre en France. Pire, le constructeur coréen va rappeler tous les exemplaires déjà vendus dans le monde. Le nouveau phablet était sorti dans le courant du mois d’août en Asie et nombre d’utilisateurs impatients occidentaux avaient pu se le procurer en précommande. Sans oublier les livraisons déjà effectuées auprès des opérateurs. Le Note 7 est en effet confronté à des problèmes d’explosion de batterie. 35 cas auraient été recensés. Ce défaut majeur est une véritable catastrophe pour Samsung. Au-delà des pertes financières que l’affaire va entraîner, le constructeur coréen perd son avantage calendaire sur Apple qui s’apprête à présenter ses nouveaux modèles d’iPhone le 7 septembre. Mauvais point pour l’image du numéro 1 mondial du marché des smartphones.
  • Trois failles zero day aussi sur Mac. Apple diffuse une mise à jour de sécurité pour Mac. Celle-ci, dont l’installation est urgente selon la firme de Cupertino, vient combler le même trio de vulnérabilités zero day que celui déjà corrigé la semaine dernière sur iOS. L’update vise les versions El Capitan (10.11) et Yosemite (10.10) d’OS X. Soit les éditions de 2015 et 2014 respectivement. La version antérieure (Mavericks, 2014) n’est pas couverte ; Apple, actuellement sur le point de livrer la prochaine mouture annuelle de son OS, estime que cette ancienne version n’est plus couverte par son support de trois ans. Rappelons que les trois failles en question, dont deux dans le noyau du système et une dans Safari, ont été découvertes par des chercheurs de Lookout et de l’université de Toronto à l’occasion d’une enquête sur les tentatives d’espionnage ciblant un dissident aux Emirats Arabes Unis, Ahmed Mansoor. Cette enquête a mis au jour un spyware très sophistiqué, Pegasus, vendu par la société israélienne NSO et exploitant les trois vulnérabilités jusqu’alors inconnues.
  • L’Irlande fait appel de la décision européenne sur Apple. La solidarité européenne vient d’en prendre un coup sacrifiée sur l’autel du grand capital. En début de semaine, la Commission européenne infligeait à Apple le remboursement de 13 milliards de dollars à l’Irlande au titre d’avantages fiscaux indus. Au bout de 3 ans d’enquête, les services de Margrethe Vestager ont déclaré que ces avantages accordés par le gouvernement irlandais constituaient « des aides illégales » qui ont permis à Apple « d’éviter l’impôt sur pratiquement l’intégralité des bénéfices générés » par ses ventes dans le marché unique européen. Le gouvernement irlandais a décidé à l’unanimité de faire appel de cette décision. Un moyen de ne pas froisser Apple, mais aussi d’éviter une crise gouvernementale.
  • La transition de la gouvernance du Net en suspens. Alors que l’on croyait la chose réglée au niveau de l’Icann avec un transfert du IANA (la partie technique de gestion des noms de domaines), le ministère du Commerce américain a envoyé une lettre le 31 août dernier soulignant l’option de renouveler d’un an la mainmise sur IANA. Le transfert de gouvernance est prévu normalement pour le 30 septembre prochain. L’Icann se veut rassurant en précisant que seul un obstacle significatif pourrait remettre en cause ce transfert. Or le risque pourrait venir du Congrès américain dont certains membres sont contre cet « abandon » de souveraineté. A suivre.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur