A quand les consoles de jeu écolo ?

Cloud

Sony considéré comme “gaspilleur d’énergie” ! Une étude explique que les constructeurs devraient prévoir des économiseurs de ressources

Les joueurs de jeux vidéos sont connus pour consommer énormément d’énergie. Il faut dire qu’une console est en général allumée plusieurs heures par jour pour pouvoir profiter de parties, prendre sa revanche…Un point de départ pour le Conseil de défense des ressources nationales aux Etats-Unis (NRDC) et l’entreprise de conseils Ecos. Une étude commune montre qu’éteindre sa console inutilisée permettrait d’économiser à ses utilisateurs pas moins de 100 dollars en énergie par année.

Les auteurs du rapport estiment que l ‘industrie devrait donc adopter rapidement des mesures afin de doter les consoles de moyens de veille ou de développer ceux déjà présents.

Le seul exemple de mesure d’économie d’énergie est à mettre au crédit de Microsoft et de sa machine, la Xbox 360. Elle dispose d’un mode pour réduire sa consommation. Néanmoins, difficilement trouvable, est bien cachée dans le menu de la console. A la loupe, la dernière console du géant américain consomme alors 119 Watts active, soit bien plus qu’un ordinateur.

Sa rivale, la Wii de Nintendo ne consomme que 16 Watts de moins que la moyenne des PC. Enfin le bonnet d’âne revient à Sony et sa Playstation 3, bijou de technologie mais très gourmande (150 Watts en jeu). Là aussi un mode d’économie existe en téléchargeant une mise à jour mais n’existe pas par défaut.

La NRDC invite aussi les joueurs à éteindre leurs appareils tant aimés lorsqu’ils ne jouent pas. Un réflexe qui pourrait faire économiser de précieuses ressources à tout le monde. L’organisme souhaite là encourager les éco-comportements pour les entreprises et les utilisateurs en demandant par exemple de concevoir dans les machines à venir des boutons de veille pour mettre sa console en sommeil ou un moyen de l’éteindre au bout de trois heures d’inactivité.

Tout cela mis bout à bout reviendrait, toujours selon l’étude, à économiser environ 1 milliard de dollars par an soit 11 milliards de Kwh et 7 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Sur le terrain du “green”, les sociétés de divertissement et éditeurs de consoles sont donc pour l’instant à la limite du “Game Over”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur