Bourse : Baidu.com (Chine) casse la baraque à Wall Street

Cloud

Nouvelle séance dans le rouge pour les places boursières, qui ont plongé à la suite de Wall Street ce vendredi 5 août. L’introduction du moteur de recherche chinois Baidu.com crée la surprise, massivement plébiscité par les investisseurs américains

Le moteur de recherche chinois

Baidu.com est la vedette inattendue de la séance de vendredi à Wall Street. Le premier site Web chinois avait fait le choix de s’introduire sur le marché américain, qui lui a réservé un accueil plus qu’enthousiaste ! Introduit à 27 dollars, sa première cotation au Nasdaq se termine à 122,54 dollars, soit une hausse de 354%. En cours de séance, le titre est même monté à 151,21 dollars. Bien au delà des espérances de ses fondateurs, deux étudiants chinois ayant débuté professionnellement aux Etats-Unis avant d’aller créer leur moteur de recherche en Chine. La Bourse de Paris s’est placée dans le sillage de Wall Street et termine la semaine sur une nouvelle note négative, la troisième consécutive. Après les prises de bénéfices, c’est l’emploi US qui tire le marché dans le rouge. Le CAC40 recule de -0,84% à 4.421,70 points. Sur la semaine, l’indice vedette cumule un repli de -0,67%. La Bourse de New York a donné le ‘LA’ aux places boursières en s’inscrivant dans le rouge dès l’ouverture. Amplifiant le mouvement après la publication des chiffres de l’emploi et entérinant son repli avec les cours du pétrole. Le Dow Jones recule de -0,49% à 10.558,03 points, et le Nasdaq de -0,61% à 2.177,91 points. Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 0,8% et le Nasdaq 0,3%, ce dernier marquant la meilleure tenue des valeurs technologiques. Les chiffres de l’emploi en juillet aux Etats-Unis, avec des créations plus fortes que prévues ? 207.000 créations, 24.000 au dessus des prévisions – et en corollaire une tendance inflationniste, ont relancé les craintes d’une nouvelle et plus importante que prévu relève des taux directeurs de la Fed, la réserve fédérale américaine. Des chiffres qui ont pesé sur le dollar, qui se maintient sous la barre des 1,23, à 1,2362 dollar pour 1 euro. Le cours du baril de pétrole brut léger est resté très tendu, navigant en dessous de ses plus hauts historiques, entraîné par une série d’incidents signalés dans des raffineries. Au Nymex, le baril affiche d’ailleurs un nouveau plus haut historique à la clôture, à 62,31 dollars. Mercredi dernier, il a inscrit son record absolu à 62,50 dollars. Encore une séance de repli pour les technos. En particulier pour les services informatiques, qui se replient dans le sillage d’Altran. GFI Informatique perd -3,98%, Gemplus -3,30%, Business Objects -2,58%, UbiSoft -2,46%, Axalto -1,83%, Thomson -1,59%, Iliad (Free) -1,54%, StMicroelectronics -1,43%, Unilog -1,40%, Alcatel -1,30%, Capgemini -0,66%. Quelques bons points cependant, à Soitec qui gagne 0,64%, Atos Origin 0,34% ou Sopra Group 0,29%. La SSII Altran chute de -4,06% avec la publication de son chiffre d’affaires dont la faible progression de 3,8% déçoit. Un chiffre certes en progression, mais qui reste limité vis-à-vis de ses concurrents. Et surtout, les investisseurs n’ont pas pardonné au groupe l’imprécision de ses prévisions. Pixar, le studio d’animation de Steve Jobs (Apple), surprend malgré des ventes inférieures aux attentes du DVD de leur méga succès ‘Les Indestructibles‘, qui ont entraîné une baisse du bénéfice trimestriel. Le titre bondit de 8,07%, Steve Jobs s’étant montré optimiste sur l’issue des discussions en cours avec Walt Disney sur une éventuelle reconduction de l’accord de distribution entre les deux sociétés. Microsoft profite de la nomination de Kevin Turner (l’ex patron de Sam’s Club, une division de Wall Mart) au poste de COO. Il devient ainsi le numéro deux du géant de l’édition de logiciel, dont le titre gagne 1,61%. Après sa chute à l’annonce de ses résultats, Time Warner regagne une partie du terrain perdu sur la rumeur d’une montée dans son capital du milliardaire Carl Icahn.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur