Bourse : GFI Informatique déçoit mais garde confiance

Cloud

La Bourse se reprend, malgré les perspectives économiques aux Etats-Unis qui sont inflationnistes. Les valeurs informatiques sont sous pression mais maintiennent leur confiance dans la reprise

C’est sans conviction que les places boursières sont revenues en territoire positif ce jeudi 10 juin. La forte hausse des prix à l’importation aux Etats-Unis a relancé le spectre du retour de l’inflation.

La Bourse de Paris a rattrapé son recul de la veille. Le CAC40 est revenu se placer sur la barre des 3700, avec une progression de 0,33% à 3.711,38 points. A la veille d’un vendredi exceptionnellement chaumé pour le deuil national des obsèques de Ronald Reagan, la Bourse de New York clôture en hausse une séance plutôt calme. Le Dow Jones gagne 0,40% à 10.410,10 points, tandis que le Nasdaq échoue de peu sur la barre des 2000, avec une progression de 0,47% à 1.999,87 points. Les prix à l’importation aux Etats-Unis ont augmenté de 1,6% en mai, le double des attentes du marché. Une hausse imputable aux produits pétroliers, dont les prix ont fait un bon de plus de 10%. Sans eux, l’indice n’aurait augmenté que de 0,4%. La hausse des prix du brut pourrait se répercuter sur les prix des matières premières, et par ricochet sur de nombreux autres produits. De quoi alimenter l’inflation, et donc entraîner une hausse supérieure des taux directeurs de la Fed aux 0,25% attendus. Une perspective responsable du climat boursier de ces dernières semaines. Le dollar, après avoir fait illusion en se redressant avec le repli du cour du brut, est finalement reparti à la baisse sur les perspectives d’inflation. A Wall Street, il repasse sur la barre des 1,21, à 1,2108 dollar pour 1 euro. Les résultats trimestriels publiés par GFI Informatique se révèlent inférieurs aux attentes. La SSII subit une dégradation de la situation en Italie, mais reste confiante dans la reprise de la croissance au second trimestre. Elle maintient ses objectifs que d’aucun juge quelque peu ambitieux. Le titre perd 4,13%. Capgemini enregistre la plus forte baisse du CAC, 2,53%, après que Goldman Sachs ait abaissé ses prévisions sur le titre. Le spécialiste des solutions de stockage EMC se replie de 2,02% après avoir précisé sa fourchette de chiffre d’affaires pour le deuxième trimestre, entre 1,95 et 1,97 milliards de dollars, ce qui a déçu le marché qui table quant à lui sur la limite haute.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur